«On sent vraiment que Dieu est la chose la plus merveilleuse dans la vie de Bach, et ça nous transporte, même si on ne croit pas», explique Mireille Lebel.

Le conte allemand de Mireille Lebel

On répète depuis plusieurs années que nos chanteurs lyriques ont un talent qui traverse les frontières. Celui de la mezzo-soprano Mireille Lebel l'a menée au Theater Erfurt, en Allemagne. Cette semaine, la jolie rousse chantera toutefois les plus belles cantates de Bach avec les Violons du Roy.
Mireille Lebel naît à Calgary et grandit à Vancouver, puis traverse le pays pour aller étudier. «C'était mon rêve de me rendre à Montréal. La moitié de ma famille était franco-ontarienne ou habitait au Québec, et le milieu francophone avait, pour moi, quelque chose de glamour, d'excitant, de chaleureux», explique-t-elle de sa voix mélodieuse, dans un français impeccable.
Après l'Atelier lyrique de Montréal, elle est engagée par le Theater Erfurt, logé au coeur de l'Allemagne, «le pays de l'opéra», rappelle Mme Lebel. «Ici, être chanteur d'opéra est un emploi comme tous les autres, ça fait vraiment partie de leur vie et de leur culture.»
Elle hésite avant d'accepter. «Je devais changer de vie, et je ne parlais pas un mot d'allemand. Mais je suis très heureuse maintenant et je réalise que c'est le meilleur endroit pour prendre de l'expérience», indique la cantatrice.
La ville d'Erfurt est située en ex-Allemagne de l'Est. «C'est seulement depuis que le mur est tombé que les opéras sont présentés dans les langues originales», souligne Mireille Lebel. «Il y a encore beaucoup de gens qui parlent seulement allemand - ou russe, ce qui ne m'aidait pas beaucoup!»
Hors du théâtre, l'adaptation a été un peu plus longue, mais la belle a maintenant un amoureux (allemand), qui joue à temps perdu dans un band d'indie rock. Le conte de fées est complet...
Les cantates de Bach sont pour elle magnifiques et apaisantes. «Je n'ai pas la foi, même si j'ai souvent essayé, mais j'adore les chants d'église», glisse-t-elle, en soulignant avec enthousiasme les contrastes du programme proposé par Bernard Labadie; du ton «plaintif, mais très élégant» de Jesu, der du meine Seele au ton «joyeux et impatient» de Wachet auf, ruft uns die Stimme.
Les plus célèbres cantates de Bach des Violons du Roy, avec Bernard Labadie, Shannon Mercer, Mireille Lebel, Colin Balzer, Thomas Meglioranza et La Chapelle de Québec sera présenté jeudi et vendredi à 20h à la salle Raoul-Jobin du Palais Montcalm.