Le palais de justice de Québec

Le conjoint pédophile d'une propriétaire de garderie devra rester en prison

Le conjoint pédophile d'une propriétaire de garderie de L'Ancienne-Lorette devra rester derrière les barreaux jusqu'à la fin des procédures.
La protection du public commande de garder l'homme de 65 ans en détention, a estimé jeudi après-midi la juge Réna Émond de la Cour du Québec.
Pierre Vézina, 65 ans, a été arrêté en juillet 2012 après qu'une fillette de quatre ans, qui fréquentait la garderie en milieu familial de sa conjointe, ait affirmé qu'il avait touché sa vulve et ses fesses à plusieurs reprises.
Il avait alors été remis en liberté en s'engageant à ne pas se trouver à son domicile lorsque les enfants de la garderie étaient présents.
Le 21 avril, l'homme a plaidé coupable à une accusation de contacts sexuels.
Grâce à la médiatisation, la Direction de la protection de la jeunesse a compris que la garderie était toujours ouverte et que Pierre Vézina s'y trouvait fréquemment.
Des parents, dont les bambins fréquentaient la garderie depuis mars seulement, ont indiqué qu'ils avaient déjà trouvé leur petit assis sur les genoux de Pierre Vézina, un homme qui se déplace en chaise roulante.
Aucune nouvelle accusation de nature sexuelle n'a été portée, mais l'enquête de la DPJ se poursuit, a indiqué la procureure de la Couronne, Me Rachel Gagnon.
La DPJ a averti tous les parents des procédures judiciaires visant Vézina.
Malgré tout, deux parents ont envoyé leurs enfants le 23 avril à la garderie et la DPJ a eu besoin de l'aide de la police pour aller chercher les petits et arrêter l'homme, accusé de bris de condition.
Pour regagner sa liberté, Pierre Vézina et sa belle-fille proposaient un engagement financier de 10 000$. L'homme promettait aussi d'aller vivre dans son chalet à Saint-Tite-des-Caps.