Le coeur de l'attaque du CH

Plusieurs ont douté de David Desharnais, mais il se comporte présentement comme un centre numéro un dans la Ligue nationale de hockey. Reste à voir s'il peut faire ce travail pendant une longue période. Il a néanmoins dissipé bien des doutes à son endroit.
Le trio de Desharnais, c'est le coeur de l'attaque du Canadien de Montréal. Les trois joueurs se complètent bien sur la patinoire. Max Pacioretty trouve le fond du filet avec régularité et Brendan Gallagher n'arrête pas de travailler et de foncer au filet ennemi. Son gabarit l'aide. Les autres équipes n'osent pas s'en prendre à lui, même s'il a dérangé le gardien de but. Il est tellement petit!
J'aime bien voir le jeune Michael Bournival au sein du trio complété par Tomas Plekanec et Brian Gionta. Sa rapidité ouvre le jeu et il est solide le long des rampes. Il me fait un peu penser à Pascal Dupuis, des Penguins de Pittsburgh. Lentement mais sûrement, Dupuis est devenu un ailier apprécié de Sidney Crosby.
La tête froide
Le directeur général Marc Bergevin et l'entraîneur Michel Therrien ont gardé la tête froide pendant la période léthargique du Canadien. S'il bouillait en dedans, Therrien a gardé son calme. Bergevin, lui, a descendu dans le vestiaire.
Les problèmes ont été réglés à l'interne et l'équipe a ensuite remporté deux belles victoires contre les Hurricanes de la Caroline et les Bruins de Boston. Le Canadien a vraiment le numéro des Bruins et de leur gardien de but Tuukka Rask.
Plus la saison régulière avance, plus la course aux séries éliminatoires s'intensifie. C'est pourquoi le Canadien doit finir parmi les trois premiers dans la division Atlantique. Plusieurs équipes batailleront pour les deux dernières places disponibles dans l'association de l'Est. Ça va être très serré jusqu'à la fin et on peut s'attendre à toutes sortes de revirements.
Je dois l'admettre, les Maple Leafs de Toronto me surprennent. Ils ont récolté 17 points au classement dans leurs 10 derniers matchs. Jonathan Bernier semble être devenu leur gardien de but numéro un.
Il faut également avoir les Sénateurs d'Ottawa à l'oeil. La troupe de Paul MacLean joue très bien. Bobby Ryan est en feu et il fait mal paraître les dirigeants de l'équipe américaine qui l'ont ignoré pour Sotchi. Le grand Jason Spezza accomplit également du bon boulot.
Je me méfie toujours des Red Wings de Detroit, une équipe diminuée par les blessures depuis le commencement de la saison régulière.
Après les Penguins de Pittsburgh, plusieurs équipes se bousculent dans la division Métropolitaine. Quelques points seulement séparent six formations. Les Rangers de New York et les Blue Jackets de Columbus sont sur une bonne lancée. Après un début de saison catastrophique, les Flyers de Philadelphie restent dans la course.
Les Capitals de Washington me désappointent. On a joué à la chaise musicale avec les entraîneurs dans les dernières années. Il faudrait peut-être regarder du côté du directeur général George McPhee. Le dossier Semyon Varlamov lui revient en pleine face. Ce gardien de but vient de signer un contrat de six ans de 30 millions $ avec l'Avalanche du Colorado.
Matchs extérieurs : prudence
La Ligue nationale de hockey ne doit pas ambitionner sur le pain béni avec les matchs extérieurs. Elle se doit d'en présenter trois ou quatre par année et de les espacer plus que cette saison.
Il faudra songer à en disputer dans des villes comme Montréal et Toronto. C'est spectaculaire et c'est bon pour le hockey. Ces matchs rapportent beaucoup d'argent. Trois en une semaine, c'est trop!
JO : Saint-Louis en haut de la liste
Si Steven Stamkos ne peut se rendre à Sotchi, il faudra obligatoirement le remplacer par Martin Saint-Louis. Si on l'oubliait une autre fois, Steve Yzerman, le directeur général de l'équipe canadienne, serait dans ses petits souliers. Comment pourrait-il expliquer cet autre affront à son capitaine et à son homme de confiance chez le Lightning de Tampa Bay? Cette équipe s'est bien comportée pendant l'absence de Stamkos parce que Saint-Louis a été une inspiration sur la glace et un leader dans le vestiaire.
Ignoré une première fois, Saint-Louis a gardé ses impressions pour lui. S'il a été aussi silencieux, c'est parce qu'il souhaite obtenir une autre chance. Yzerman n'aura pas le choix si Stamkos ne peut faire le voyage en Russie. Ça me fait rire d'entendre que Saint-Louis est trop vieux et trop lent pour une patinoire aux dimensions olympiques. Bullshit!
Parenteau-Bourque
J'aimerais savoir qui dit vrai dans les pourparlers de transaction entre le Canadien et l'Avalanche du Colorado. On dit que le Canadien a refusé de céder Rene Bourque en retour de Pierre-Alexandre Parenteau. D'autres soutiennent le contraire.
Une chose est certaine, l'Avalanche cherche à se départir de Parenteau. Il a été rayé de l'alignement dans les deux derniers matchs disputés par son équipe. Ça veut tout dire.
Bourque a offert deux bonnes performances, plus tôt cette semaine, contre les Hurricanes et les Bruins. Reste qu'il constitue un désappointement chez le Canadien. Propos recueillis par Maurice Dumas