Le coeur à la fête, malgré le froid

Qui dit défilé du Carnaval dit fanfare. Et les Éclairs de Québec sont devenus un incontournable de la parade, depuis le tout début... enfin presque! Le Soleil a suivi le groupe pour le défilé de la haute ville, des musiciens qui ont du coeur eu ventre et qui n'ont... pas froid aux yeux!
16h Rendez-vous au centre communautaire Les Saules, où les Éclairs font leurs répétitions deux fois par semaine. C'est l'heure de faire les derniers ajustements aux costumes et de ramasser les instruments avant de prendre l'autobus vers le point de départ du défilé.
La représentante du Soleil est accueillie par Claudette Champagne, la présidente du C.A. de l'organisme fondé en 1960, qui y est bénévole depuis plus de 20 ans. «Ça fait 57 ans qu'on existe, et ça doit bien faire 55 ou 56 ans que les Éclairs font partie du défilé du Carnaval», indique la mère de trois grandes filles qui ont toutes été dans la fanfare.
Deux d'entre elles sont toujours là, dont Marie-Ève Couture, qui a commencé à jouer de la trompette dans la fanfare en 1993, à l'âge de neuf ans. «J'ai même rencontré mon chum chez les Éclairs!» révèle-t-elle. Avec la trompettiste Julie Gingras et la percussionniste Mélanie Côté, les trois femmes font partie des doyens des musiciens toujours actifs dans la fanfare, dont les plus jeunes ont 10 ans. «À trois, ça nous fait 100 ans d'expérience!» lance Mélanie en riant.
16h50 L'autobus scolaire, arrivé avec un peu de retard, part en direction du Collège Saint-Charles-Garnier, où se réunissent tous les participants du défilé de la haute ville. C'est l'heure d'un souper hâtif avant de s'emmitoufler pour passer les prochaines heures à l'extérieur. 
La fanfare compte ce soir-là 32 personnes, réparties en trois sections: les cuivres, les percussions et les drapeaux - mais pas ceux qu'on ne fait que tenir, ce sont plutôt des accessoires intégrés à des chorégraphies de danse. «On apprend d'abord les mouvements de base avec les drapeaux dans les répétitions, puis divers types de danses: le jazz, le classique...» explique Ariane Gagné, assistante-coach en danse qui fait partie des Éclairs depuis six ans.
18h45 Le signal est donné pour se diriger vers l'extérieur du collège, où les Éclairs prendront leur rang dans le défilé - cette année, ils sont presque les premiers en ouverture de la parade. Tout le monde est fin prêt. Rosylia, 11 ans, qui joue du trombone dans la fanfare depuis moins d'un an, porte le drapeau d'honneur à l'avant du groupe, tandis que son amie Juliette, 11 ans également, tient avec un autre jeune musicien la bannière des Éclairs. «Les plus jeunes qui sont dans la fanfare depuis peu commencent souvent comme ça. Ça leur donne une première expérience de parade même s'ils ne sont pas nécessairement prêts à jouer tout de suite», mentionne Claudette Champagne.
19h C'est un départ! Une masse de musiciens au manteau rouge et chapeau à plume se met en marche en interprétant un medley de trois chansons qu'ils répéteront en boucle pendant deux heures: So What de Pink, Oublie-moi de Coeur de pirate et Papaoutai de Stromae. 
La représentante du Soleil suit le groupe sur le côté, avec six accompagnateurs qui veillent au bien-être de la fanfare, fournissant de l'eau au besoin et s'assurant que personne ne s'enfarge dans un nid-de-poule. 
Au milieu de cette marée rouge, un homme en noir se démarque: le tambour-major Jérémie Forgues, 19 ans, qui dirige sa troupe tout en jouant du sousaphone, un grand instrument qui ressemble drôlement à un tuba.
Le défilé se déroule rondement, la foule répond présente et est constante presque tout le long du trajet, avec des attroupements plus importants au début, sur Cartier et à la fin du parcours. Parmi les carnavaleux, de nombreuses familles, mais aussi davantage de jeunes adultes avec un verre à la main que lors du défilé de Charlesbourg.
L'énergie que la foule envoie aux Éclairs, ceux-ci la lui rend bien jusqu'à la fin. La jeune Rosylia a dû déclarer forfait en cours de route, mais tous les musiciens ont su garder le rythme et le sourire, de même que les quatre danseuses aux drapeaux à l'avant, qui déplaçaient pas mal d'air (froid). 
20h45 Le château de Bonhomme illuminé en bleu mauve indique que la fin du parcours est proche. Une véritable marée humaine se trouve à cet endroit et autour de la Fontaine de Tourny pour voir passer la parade. Un dernier effort, les Éclairs donnent tout ce qu'ils ont avant de finalement rompre les rangs devant le Centre des congrès. 
Mission accomplie. C'est l'heure d'aller se réchauffer - même si plusieurs disent ne même pas avoir eu froid dans le feu de l'action (on les envie)!