La chaleur et quelques fissures ont donné des sueurs froides à l'équipe du cochon de neige.

Le cochon de neige enlève les honneurs

Le cochon de neige aura tenu bon, malgré sa structure fragile. Le risque s'est avéré payant pour les sculpteurs des Laurentides qui ont séduit autant le jury que le public.
«Il faut être effronté pour faire ça. Ils ont enlevé autant de neige à l'intérieur qu'à l'extérieur. Ce n'est pas évident, pour que ça tienne», décrit le président de l'International de sculptures sur neige, Michel Sawyer. «Ils avaient hâte que le jury passe ce matin.»
À nouveau, c'est une oeuvre politisée qui a conquis le jury et le public. Cependant, si le message sous-jacent peut influencer quelque peu le public, le contenu n'a aucune incidence sur les notes des jurés, assure le président. 
Ni lors de la sélection des équipes qui prendront place à la compétition. «C'est artistique, il faut laisser libre cours aux artistes pour s'exprimer», commente Daniel Bouchard, directeur des opérations.  
Plus de peur que de mal
Quelques fissures ont donné des sueurs froides à l'équipe gagnante, composée de Jessie Armand, Mathieu Béchard et Michel Proulx. Mais au final, la chaleur leur aura causé plus de peur que de mal. De même pour les autres équipes, aucune de leurs oeuvres n'a subi de dommages, malgré un mercure au-dessus de zéro. «Mais si le temps reste chaud et qu'il y a de la pluie... On dit aux gens de venir les voir pendant qu'elles sont là», met en garde M. Sawyer. 
L'équipe de l'Université Laval, composée de Florence Asselin, Steve Fortier-Evers et Antoine-Bernard Caron-Gingras, a aussi remporté les prix du jury et du public pour le volet relève du concours. Les lignes précises de leur cabane dans les arbres ont joué en leur faveur.
Le public avait les pieds dans l'eau dimanche, pendant les cérémonies de remise des mentions. Devant le palais de Bonhomme, le sol était glacé comme une patinoire en avant-midi, avant de se transformer en gadoue. Les carnavaleux ont été très nombreux à mouiller leur bas de pantalon sur les sites de l'événement. La foule était dense et l'ambiance, festive. Les sculptures, si elles s'effondrent d'ici quelques jours, auront au moins pu être admirées par des milliers de visiteurs.