Le CH dans le trouble sans Carey Price!

Même Marc Bergevin ne connaît pas la date exacte du retour au jeu de Carey Price. Étant le directeur général du Canadien de Montréal, il possède sûrement des informations privilégiées. C'est inquiétant pas à peu près!
Toute équipe qui perd son meilleur joueur est diminuée. C'est encore plus dévastateur chez le Canadien parce que Price est un gardien de but, le meilleur de sa profession cette saison. Peter Budaj peut faire l'affaire à court terme, mais pas plus longtemps. Une absence plus prolongée de Price compromettrait les chances du Canadien de participer aux séries éliminatoires. J'ai hâte de voir ce qui va se passer dans les deux matchs de la fin de semaine.
C'est donc dire que les Jeux olympiques pourraient coûter cher au Canadien. Price a aggravé une blessure à Sotchi et il n'a pas encore joué depuis son retour. Voilà aussi pourquoi les équipes de la Ligue nationale ne veulent pas envoyer leurs joueurs aux Jeux olympiques. Les Islanders de New York ont perdu John Tavares, leur meilleur joueur, pour le reste de la saison.
Pendant l'absence de Price, le Canadien a perdu du terrain dans la course aux séries éliminatoires. La lutte se corse dans la division Atlantique. Les Bruins de Boston sont en feu, et personne ne les rejoindra au premier rang. Les Maple Leafs de Toronto n'arrêtent pas de gagner et ils ont remporté deux importantes victoires, plus tôt cette semaine, contre des puissantes formations de l'Ouest. Le Lightning de Tampa Bay bataille avec le Canadien pour la troisième position dans la division Atlantique.
Randy Carlyle, l'entraîneur des Leafs, tire le maximum de ses joueurs et il n'hésite pas à les brasser à l'occasion. Il faut donc prendre cette équipe au sérieux.
Nouvelle formule risquée
La nouvelle formule des séries éliminatoires dans la LNH provoquera des pleurs et des grincements de dents. Dès la première ronde, les équipes de deuxième et de troisième positions joueront l'une contre l'autre à l'intérieur de chaque division. On risque donc de voir disparaître de très bonnes équipes en partant.
Selon ce nouveau système, les trois premières équipes de chaque division sont assurées de participer aux séries éliminatoires. Les deux équipes ayant ensuite accumulé le plus de points à l'intérieur de chaque association obtiennent également un laissez-passer pour la grande danse du printemps.
Toujours à l'intérieur de chaque association, le champion de division ayant récolté le plus de points affrontera le détenteur du dernier laissez-passer, c'est-à-dire celui ayant accumulé le moins de points. L'autre champion de division se mesurera au détenteur de l'autre laissez-passer. Dans chaque division, les deuxième et troisième positions en viendront aux prises.
Ce nouveau système veut récompenser les champions de division, mais il ne durera pas longtemps. Il comporte trop de risques. Je suis également convaincu qu'on augmentera le nombre d'équipes dans les séries. Il passera bientôt de 16 à 20.
Si les séries éliminatoires commençaient ce matin, l'Avalanche du Colorado jouerait contre les Blackhawks de Chicago. Une très bonne équipe tomberait vite en vacances.
Le cas Vanek
Plusieurs gros noms ont récemment changé d'équipe à la date limite des transactions dans la Ligue nationale. Plusieurs d'entre eux tardent à produire. Marian Gaborik vient de récolter ses premiers points avec les Kings de Los Angeles et Martin St-Louis n'est pas encore adapté à New York. Plus près de nous, la fiche de Thomas Vanek montre une mention d'assistance en trois matchs à Montréal.
On veut maintenant faire jouer Vanek à la droite de David Desharnais et de Max Pacioretty. Pourtant, Brendan Gallagher allait bien avec les deux derniers.
Gallagher se retrouvera avec Alex Galchenyuk et Lars Eller. Ce qui veut dire que Daniel Brière évoluera à la gauche de Tomas Plekanec et de Brian Gionta et je suis persuadé que ça ne marchera pas. On jongle avec les trios pour aider Vanek et remettre Eller en marche. C'est évident qu'on ne veut pas toucher au capitaine Brian Gionta. Tantôt, il faudra le faire.
Avec seulement 15 matchs à disputer, il y a encore de nombreux points d'interrogation chez le Canadien. La présence de Price rassurerait tout le monde.
De la stabilité
Pendant ce temps, les Bruins de Boston montrent beaucoup de stabilité. C'est le cas depuis plusieurs années et Claude Julien vient de remporter sa 300e victoire derrière le banc de cette équipe. On doit lui donner du crédit pour les succès de son équipe et c'est bien mérité. Il a fait son chemin dans la Ligue nationale.
Les Bruins ont même devancé les Penguins de Pittsburgh au premier rang de l'association de l'Est. Les trios sont intacts depuis le début de la saison. Patrice Bergeron est toujours flanqué de Brad Marchand et de Riley Smith. Le gros Milan Lucic patine toujours en compagnie de David Krejci et de Jarome Iginla. Les fiches offensives et défensives de ces six joueurs se ressemblent.
Le grand défenseur Zedno Chara m'impressionne chez les Bruins. C'est lui le pilier, le vrai général de cette équipe. Il vieillit, mais il ne semble pas vouloir ralentir. Propos recueillis par Maurice Dumas