Le montant cotisé dans un CELI n'est pas déductible du revenu imposable.

Le CELI, une option de placement

Le CELI, ou compte d'épargne libre d'impôt, fait partie des véhicules de placement depuis 2009.
Contrairement au REER qui procure un avantage fiscal en diminuant l'impôt à payer durant l'année de cotisation, le montant cotisé dans un CELI n'est pas déductible du revenu imposable. Mais les revenus de placements (rendement et intérêts) ne sont pas imposables. Les retraits ne sont pas imposables non plus.
Selon les années, les maximums admissibles en cotisation varient. Ils étaient de 5000 $ de 2009 à 2012, de 5500 $ de 2013 à 2014, de 10 000 $ en 2015 et de 5500 $ depuis 2016. Les placements admissibles sont les mêmes que ceux permis pour les REER.
Comme le précise le site de Retraite Québec, les «droits de cotisation inutilisés sont reportables aux années suivantes et s'accumulent. Tout retrait [capital et intérêt] redevient un nouveau droit disponible à compter de l'année suivante.»
Sur le site de Brassard Goulet Yargeau (www.brassardgouletyargeau.com), on apprend certaines particularités : 
• Un CELI pourra être mis en garantie d'un emprunt (contrairement au REER). Les intérêts payés sur un emprunt pour cotiser à un CELI ne seront toutefois pas déductibles.
• Le CELI sera saisissable par un créancier, contrairement à la plupart des REER.
• Comme pour les REER, l'avis de cotisation fédéral indiquera le montant auquel le contribuable a droit de cotiser. 
• Les montants retirés peuvent être cotisés à nouveau dès l'année qui suit.
Retraite Québec fait remarquer que le CELI est le «véhicule idéal pour se constituer un fonds d'urgence, par exemple pour les étudiants désirant faire des économies alors que leur situation financière est incertaine» ou encore pour des projets d'achat importants à moyen ou long terme. 
On note que le véhicule de placement «intéressera les gens plus fortunés qui ont déjà maximisé leur REER ainsi que ceux qui réussissent à épargner certaines sommes malgré leurs faibles revenus».
Chez Desjardins, on précise que le CELI «est disponible pour tous, que l'on touche des revenus d'emploi ou non. Tous les Canadiens de 18 ans et plus peuvent cotiser au CELI, qu'ils soient étudiants, salariés, travailleurs autonomes ou retraités». Si une personne n'a jamais cotisé, la limite en 2017 est de 52 000 $.
Desjardins estime aussi que le CELI peut servir à différents projets comme rénover la maison, acheter une automobile, lancer une entreprise, effectuer un voyage ou encore planifier la retraite.
Chose certaine, lorsque vient le choix entre les REER et le CELI dans la planification de la retraite, mieux vaut en discuter avec un planificateur pour s'assurer de faire les bons choix.
Liens utiles :