Si le CELI ne donne pas de déductions d'impôts comme le REER lorsqu'on y cotise, les retraits, eux, ne sont pas imposables.

Le CELI, pas que pour la retraite

Parmi toutes les options disponibles pour placer son argent, le CELI constitue sans doute le véhicule de placement le plus flexible. Il peut donc servir à bien d'autres fins que l'épargne en vue de la retraite.
<p>En plus de créer une habitude d'épargne, le CELI permet de réaliser divers projets sans recourir au crédit, souligne Angela Iermieri, planificatrice financière chez Desjardins gestion de patrimoine.</p>
On peut croire qu'épargner dans un CELI ne favorise que les gens ayant un revenu plus élevé, mais la réalité est tout autre. «Pour les gens qui ont des liquidités à investir, il s'agit d'un excellent véhicule de placement. Mais pour les gens ayant des revenus plus modestes, le CELI permet de créer un fonds d'urgence, ou de financer l'achat d'une voiture, d'une maison ou même un voyage», explique Angela Iermieri, planificatrice financière chez Desjardins gestion de patrimoine. Il est même possible pour un étudiant d'épargner et de retirer l'argent de son CELI sans que ses prêts et bourses soient affectés.
Si le CELI ne donne pas de déductions d'impôts comme le REER lorsqu'on y cotise, les retraits, eux, ne sont pas imposables. «Il s'agit donc d'un excellent véhicule de placement à moyen et à long termes», estime Angela Iermieri.
«Le CELI génère des rendements et ces revenus sont à l'abri de l'impôt. Si on retire souvent le capital du compte CELI, on ne profite pas pleinement de ses avantages», explique-t-elle.
En plus de créer une habitude d'épargne, le CELI permet de réaliser divers projets sans recourir au crédit. «Il est toujours mieux d'épargner pour réaliser ses projets que de recourir à l'endettement», indique Mme Iermieri.
CELI ou RAP?
Dans le cas de l'achat d'une maison, le consommateur qui a des placements possède plusieurs options. Le REER offre la possibilité de retirer jusqu'à 25 000 $ de son régime enregistré dans une année civile pour financer l'achat d'une maison ou la construction d'une propriété en vertu du programme de Régime d'accession à la propriété (RAP).
«Cotiser au REER génère une économie d'impôts. Si les revenus sont assez élevés pour générer une économie d'impôt significative, il est préférable d'utiliser le RAP. Par contre, si on a des revenus de l'ordre de 35 000 $ et moins, l'économie d'impôts découlant de la cotisation REER sera moins importante, le CELI est préférable dans ce cas-là.»
De plus, deux ans après avoir utilisé le programme RAP, on doit commencer à rembourser les fonds utilisés. «On s'engage à remettre la totalité de la somme retirée du REER au cours des 15 années suivantes», précise Mme Iermieri. Dans le cas de l'argent pris dans un CELI, il n'est pas nécessaire de le rembourser.