L'idée de faire des défilés distincts, soit un pour la haute ville et un pour la basse ville, n'est  pas exclue.

Le Carnaval de Québec veut transformer son défilé

Le Carnaval de Québec prévoit une «transformation totale» de son traditionnel défilé d'ici quelques années. Son président, Denis Simard, caresse même l'ambition que l'événement devienne aussi incontournable que ceux de Rio de Janeiro et de La Nouvelle-Orléans.
«Qui dit Carnaval dit défilé», énonce M. Simard, qualifiant la succession de chars allégoriques à Charlesbourg et dans la Haute-Ville de «colonne vertébrale» pour la fête d'hiver. Selon lui, il est tout à fait dans l'ordre des choses qu'avec les grands changements annoncés pour sa 60e présentation et celles lui succédant, le défilé soit revu.
«Ça fait partie de nos devoirs dans le nouveau plan de déploiement du Carnaval de Québec, explique le président. Si on veut transformer la ville en quelque chose, être le plus grand carnaval d'hiver, avoir un niveau de Rio de Janeiro et de La Nouvelle-Orléans, il faut pousser un peu plus loin le concept.»
«Ça va être beaucoup plus artistique, plus festif avec une ouverture à la participation, il y aura beaucoup d'interactivité», annonce Denis Simard, évoquant encore une fois les défilés brésilien et américain, mondialement connus.
Impossible cependant d'en savoir plus sur ce qui se trame. L'idée de faire des défilés distincts, soit un pour la haute ville et un pour la basse ville, n'est cependant pas exclue. Les chars allégoriques des dernières années seront-ils remisés? Encore là, il est trop tôt pour s'avancer, dit Denis Simard. «On est encore sur la planche à dessin. On a l'ambition d'être aussi incontournable que Rio de Janeiro et La Nouvelle-Orléans», répète-t-il, admettant qu'il met beaucoup de pression sur l'organisation du Carnaval.
Le président ne s'inquiète cependant pas pour les coûts que représente une telle vision. «Je pense qu'à partir du moment où on aura un concept, nos partenaires actuels vont nous suivre. Si on a un succès populaire, je pense qu'on peut aller très, très loin», prédit-il.
Si le Carnaval n'a pas dessiné les contours de ses futurs défilés, c'est qu'il en avait déjà plein les bottines avec les nouveautés prévues dans le cadre de son 60e anniversaire. Néanmoins, certains changements seront apportés à celui de la Haute-Ville. «Il y a une finale qui se prépare», évoque mystérieusement le président. Une annonce sera faite d'ici une dizaine de jours. Pour l'heure, il est déjà question que le défilé se termine au palais de Bonhomme, devant l'Assemblée nationale, et que la soirée se poursuive à cet endroit.
Initiatives
Plus tôt dans la journée, lors du dévoilement de la programmation du Off Carnaval, le partenaire de l'événement et copropriétaire du Cercle, Frédéric Poitras, avait annoncé son intention de «s'inviter» dans le défilé de la Haute-Ville, auquel il manque, selon lui, «de la fête et du marginal». «Dans les quartiers centraux, il y a plein de gens qui se nourrissent de vitalité et de créativité, ça manque un peu de ça au Carnaval», plaide-t-il, ajoutant qu'il ne souhaite plus voir des personnages enfantins sur la Grande Allée.
M. Poitras a ainsi invité tous les artisans et le public du Off à se joindre à lui pour pimenter le défilé, et ce, dans un esprit de collaboration. Ce sera la première fois, affirme-t-il, que l'officiel et le non-officiel joindront leurs forces.
Le copropriétaire du Cercle dit d'ailleurs avoir fait part de ses observations à l'organisation du Carnaval, qui a accueilli positivement ses commentaires. «On est très contents du discours, de la contribution et des initiatives du Off. On est en train d'essayer de mettre les conditions en place pour que le on se mélange au off», confirme Denis Simard. Il demande cependant aux impatients d'attendre l'an prochain et même celui d'après «pour voir une transformation totale du défilé».