Le chef libéral Justin Trudeau propose de légaliser le cannabis et de permettre la vente du produit, qui serait taxé au même titre que l'alcool, alors que le chef néo-démocrate Thomas Mulcair s'est dit en faveur de la décriminalisation de cette drogue.

Le cannabis refait surface dans la campagne électorale

Le plus haut fonctionnaire du ministère canadien de la Sécurité publique a informé le ministre Steven Blaney il y a quelques mois que les Canadiens étaient «de plus en plus enclins» à appuyer la légalisation ou la décriminalisation de drogues, dont le cannabis.
Cet avis va à l'encontre du message du gouvernement conservateur, qui s'oppose farouchement à l'assouplissement des peines pour les consommateurs récréatifs de cannabis - un enjeu qui a souvent refait surface pendant la campagne électorale.
Le chef libéral Justin Trudeau propose de légaliser le cannabis et de permettre la vente du produit, qui serait taxé au même titre que l'alcool, alors que le chef néo-démocrate Thomas Mulcair s'est dit en faveur de la décriminalisation de cette drogue.
Le premier ministre sortant Stephen Harper a critiqué fermement la position de son adversaire libéral, martelant que la vente de cette substance dans les magasins ne protègera pas davantage les enfants.
Or, dans une note interne rédigée en juin à l'endroit du ministre Steven Blaney, le sous-ministre François Guimont affirme que les sondages d'opinion publique suggèrent qu'une majorité de Canadiens appuieraient la légalisation ou la décriminalisation du cannabis. Ces mêmes coups de sonde démontrent également que les jeunes tendent à percevoir cette substance comme étant moins dangereuse que les autres drogues illégales.
Une copie de cette lettre a été obtenue par La Presse Canadienne en vertu de la Loi sur l'accès à l'information.