Roxanne Bourbon, Joannie Hamel, Stéphanie Arsenault, Mélissa Dumont, Stéphanie Poulin, Dominique Jobin et Joannie Roy.

L'année des duchesses du Carnaval

Après un long purgatoire, les duchesses ont fait un retour remarqué pourle 60e Carnaval. Critiquées par certains, applaudies et acclamées par d'autres, les sept jeunes femmes ont été omniprésentes dans les activités carnavalesques, se prêtant au jeu du marketing sans hésitation. Bilan express avec les sept dames de Bonhomme(de gauche à droite sur la photo).
Roxane Bourdon, duchesse de Lévis
«On ne savait pas dans quoi on s'embarquait. On a suivi le flot. On est embarquées dans le 60e du Carnaval, on a suivi la programmation. C'était beaucoup. C'est un marathon. On est fières de l'avoir accompli!»
Joannie Hamel, duchesse de Sainte-Foy-Sillery-Cap-Rouge
«Notre rôle, à la base, c'était de faire embarquer les gens. C'est le rôle même d'une duchesse, de faire la promotion du Carnaval. D'être des ambassadrices. C'était notre devoir, notre but, de faire découvrir le Carnaval, parce qu'il y a beaucoup de gens qui l'avaient délaissé. On voulait redonner le Carnaval aux gens.»
Stéphanie Arsenault, duchesse de Beauport
«C'est sûr qu'on est essoufflées, parce qu'on donne notre 110 %. On veut tout faire, du mieux qu'on peut. Honnêtement, on s'en demande énormément, personnellement. On veut être sur la coche, tout le temps. Alors c'est sûr qu'on est un petit peu essoufflées à la fin.»
Mélissa Dumont, duchesse des Rivières et reine du Carnaval
«Le plus dur, c'est le niveau d'investissement. On a fait beaucoup de 13-14 heures par jour. On se levait tôt, se couchait tard. Ça demandait énormément d'énergie, et il fallait toujours être à notre 100 %. Mais c'était tellement un plaisir de le faire avec l'énergie et l'amour de la population, que ça a passé comme un petit pet.»
Stéphanie Poulin, duchesse de La Cité-Limoilou
«Quand on expliquait vraiment la situation, qu'on a été choisies avec un formulaire, basé sur un projet, qu'on a réalisé le projet de A à Z, trouver le budget, la programmation, nos bénévoles, commanditaires... Une fois qu'on a tout expliqué le processus, les gens faisaient : "Ah ouin? Je savais pas. Wow!" Toujours.»
Dominique Jobin, duchesse de Charlesbourg
«On a accepté de relever le défi d'inciter les gens à participer. Le Québec mérite un Carnaval grandiose. On veut devenir la capitale internationale de l'hiver, alors on s'est lancées pleinement là-dedans. On est sept jeunes femmes entreprenantes, qui veulent que leur ville rayonne internationalement.»
Joannie Roy, duchesse de la Haute-Saint-Charles
«Il y a toujours des gens qui vont être négatifs, qui vont prendre position sans être informés. C'est sûr que ça me touchait plus au début, les aspects négatifs que les gens disaient par rapport à nous. Mais avec le temps, on laisse ça tomber. Et nous, on garde juste le positif. Les gens qui sont négatifs vont parler toujours plus fort. Il faut laisser ça aller.»
Propos recueillis par Samuel Auger