Le 20 mars, Québec International s'envolera vers la Colombie, dont la capitale est Bogotá, afin, notamment, de dénicher des travailleurs qui pourraient se joindre à des entreprises québécoises.

L'Amérique latine, un terreau fertile

À l'occasion de la Journée internationale de la Francophonie le 
20 mars, Québec International (QI) s'envolera vers la Colombie pour une activité de promotion, d'exploration et de prospection.
C'est la première fois que l'organisme québécois responsable du développement économique de la région métropolitaine de Québec et de son rayonnement international se rend dans ce pays d'Amérique latine où la troisième langue la plus enseignée à l'école est le français.
Ce voyage permettra à des entreprises québécoises de recruter plus tard cette année des talents d'Amérique latine pour des spécialisations très recherchées. «L'Amérique latine regorge de travailleurs hyper qualifiés en informatique, dans le secteur de l'usinage, en particulier en soudure et en machinerie, ainsi qu'en tourisme», souligne Marie-Josée Chouinard, directrice attraction de talents chez QI.
Actifs depuis 2011 au Brésil pour ce même genre d'activité, QI ne vise pas que les pays francophones, mais bien les personnes qui parle la langue de Molière à un niveau intermédiaire avancé, le niveau reconnu pour bien répondre aux exigences des employeurs québécois.
La mission de recrutement se fera à la fin du mois d'août de façon virtuelle. «De cette façon, on peut viser très large sur le territoire. Dans ce cas-ci, nous ciblons les travailleurs francophones et francophiles en Colombie et au Brésil», explique la directrice.
170 nouveaux arrivants
Lors des dernières missions en Amérique du Sud, 69 travailleurs et leur famille se sont installés dans la grande région de Québec. En tout, cela fait 170 nouveaux arrivants.
Au total, plus de 1000 travailleurs en provenance de la France, de la Belgique et du Brésil notamment sont à l'emploi d'entreprises de Québec.
Pour l'instant, QI consolidera ses efforts dans ses régions pour continuer à développer ses liens particuliers.
D'autres initiatives ont été réalisées en Tunisie, mais le projet est sur pause pour l'instant, à cause des tensions politiques. «Il y a beaucoup de potentiel là-bas. Ce n'est que partie remise», assure Mme Chouinard.
Ce qu'ils ont dit
«Les employeurs 
nous disent que si 
tous les travailleurs 
de l'Amérique latine pouvaient parler français, ils les engageraient tous. 
C'est le signe d'un 
super beau succès!» - Marie-Josée Chouinard, 
directrice attraction de talents 
chez Québec International
«On est fier de dire 
que c'est grâce au travail de la Chambre de commerce de Québec, que l'économie est 
au centre du débat 
au Sommet de 
la langue française.» - Alain Kirouac, président et directeur général de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec
«On a cette capacité 
de voir une multitude 
de représentants 
du monde qui parle 
français entrer chez nous. Tous les éléments sont en place pour que 
la culture économique francophone 
se développe.» - Frédéric  Couttet, directeur 
Affaires extérieures et 
Immigration à la Chambre de 
commerce et d'industrie de Québec
«L'assimilation 
des francophones d'Amérique n'est pas totalement arrêtée, 
mais on assiste 
à un revirement complet de la situation avec 
les médias sociaux.» - Denis Desgagné, président-directeur général du Centre de la francophonie 
des Amériques