Fred Thompson a notamment joué dans La loi et ordre et dans 58 minutes pour vivre (Die Hard 2).

L'acteur américain et ex-sénateur républicain Fred Thompson est décédé

L'ancien sénateur républicain Fred Thompson, qui a également eu une carrière d'acteur au cinéma et à la télévision incluant un rôle dans la série La loi et l'ordre, est décédé dimanche, a annoncé sa famille.
M. Thompson, qui avait 73 ans, a joué dans une vingtaine de films dont Sur la ligne de feu, À la poursuite d'octobre rouge, 58 minutes pour vivre (Die Hard II) et Les Nerfs à vif.
Puis, au début des années 1990, Fred Thompson tourne le dos à Hollywood pour se lancer dans le service public. Il retourne à Nashville et lance sa campagne pour se faire élire au Sénat américain.
Toute sa vie, Fred Thompson - qui était avocat de profession - a fait des allers-retours entre sa carrière politique et son travail d'acteur.
Son arrivée au Sénat n'avait rien de convenu, puisqu'il s'agissait de son premier contact avec la politique. Il remporte tout de même l'élection partielle de 1994 pour occuper le siège laissé vacant par Al Gore au Tennessee. En 1996, il remporte aisément un mandat de six ans.
Alors qu'il était considéré comme une figure montante du Parti républicain, il décide de ne pas solliciter de nouveau mandat et quitte son siège en janvier 2003. «Je n'ai tout simplement pas le coeur à m'engager pour un nouveau mandat de six ans», avait-il déclaré à l'époque.
Il effectue tout de même en retour en politique en 2007 en annonçant qu'il tentera sa chance pour devenir candidat républicain à l'élection présidentielle. Il abandonne toutefois la course en janvier 2008 après avoir reçu de faibles appuis. Il soutient alors John McCain.
En janvier 2002, sa fille Elizabeth Thompson Panici, âgée de 38 ans, meurt des suites d'une surdose accidentelle de médicaments.
Fred Thompson a rendu son dernier souffle à Nashville, entouré de sa famille. Il était atteint d'un lymphome.
«Fred était le même homme sur le plancher du Sénat, dans un studio de cinéma ou à la maison», peut-on lire dans la déclaration publiée par sa famille.