Le maire Régis Labeaume a pointé la météo pour expliquer le peu de spectateurs qui se sont déplacés sur les plaines d'Abraham pour le spectacle de la Saint-Jean tandis que le directeur général du Mouvement national des Québécoises et Québécois (MNQ), Gilles Grondin, et de nombreux citoyens ont plutôt mis de l'avant des mesures de sécurité peu accueillantes.

Labeaume envisage mal un déménagement de la fête nationale

Les plaines d'Abraham demeurent liées à la fête nationale, croit Régis Labeaume qui envisage difficilement le déménagement de la traditionnelle soirée de la Saint-Jean vers un autre lieu à Québec.
<p>Le maire de Québec, Régis Labeaume</p>
Le maire de Québec a réagi ce matin aux propos tenus par le producteur du spectacle dans le Journal de Québec qui disait se questionner à savoir si les Plaines demeuraient toujours l'endroit approprié pour célébrer la fête nationale, et ce, à la suite de la foule décevante lors de la soirée du 23 juin.
Richard Samson, qui est en appel d'offres pour l'organisation de la fête nationale à Québec l'an prochain, aurait même évoqué la baie de Beauport et le Centre Vidéotron comme sites potentiels. Mais Régis Labeaume n'a pas du tout semblé emballé par ces propositions.
«C'est leur décision, mais je vois mal comment tu peux quitter les plaines d'Abraham pour la fête nationale, ça me semble trop emblématique», a lancé le magistrat. «C'est leur décision, on verra, mais on met un peu d'argent là-dedans, je présume qu'on a un mot à dire...» a-t-il ajouté.
Le maire a pointé la météo pour expliquer le peu de spectateurs qui se sont déplacés sur les plaines d'Abraham pour le spectacle de la Saint-Jean tandis que le directeur général du Mouvement national des Québécoises et Québécois (MNQ), Gilles Grondin, et de nombreux citoyens ont plutôt mis de l'avant des mesures de sécurité peu accueillantes.