Le quartier général du service des incendies de Port-au-Prince

Labeaume écorche encore le syndicat des pompiers

«On exclut totalement de faire affaire avec le syndicat des pompiers de Québec. Avec ce qu'ils ont dit, ils sont exclus. On ne veut rien savoir d'eux autres. On n'a pas besoin d'eux autres.»
Régis Labeaume veut aider les pompiers de Port-au-Prince. Mais pas question d'envoyer des pompiers québécois sur place comme c'est le cas pour les policiers.
«S'ils sont capables de s'acheter des coeurs un jour et se les faire poser, peut-être qu'on leur parlera, parce qu'actuellement, la seule façon d'atteindre ces gens-là, c'est par monnombril.com», a illustré le maire de Québec, qui, même en mission en Haïti, n'a pas manqué d'écorcher le syndicat des pompiers et son chef, Éric Gosselin.
Le maire ne digère toujours pas les récents propos de ce dernier, qui laissait entendre que le maire et le chef du Service de protection contre l'incendie de la Ville de Québec, Richard Poitras, feraient mieux de visiter les casernes de Québec avant celle de Port-au-Prince.
«Peut-être que l'exécutif syndical devrait venir passer quelques jours ici, peut-être que ça changerait leur vie.»