Une image de la soirée F5 en 2016

La soirée F5: le pont entre les artistes et les entrepreneurs

À la suite de son succès de l'an dernier avec le robot dessinateur, la Chambre Blanche revient à la charge en même temps que la soirée F5 artistique déjantée et numérique au Musée de la civilisation. La soirée du 4 avril sera consacrée à l'inauguration de quatre installations jumelant des artistes et des entreprises.
«L'événement se prépare activement depuis trois mois», explique Jacques Blanchet, organisateur de la soirée F5 et instigateur des arrangements arts et numérique. «Les artistes qui touchent le numérique peuvent bénéficier des travaux des entreprises qui, elles aussi, font de la recherche et du développement de concepts et d'outils.»
Les installations des quatre artistes seront accessibles aux visiteurs jusqu'en juin.
Le musicien Pierre-Olivier Roy, de la compagnie Erreur de type 27, sera jumelé avec l'entreprise SAGA qui se spécialise dans les expériences d'immersion et de réalité augmentée. On comprendra un peu plus l'univers créatif du musicien dans une immersion musicale.
Julie Bouffard travaille avec des membres de la compagnie Studio Élément qui oeuvre dans le monde du cinéma, de la télévision et du spectacle. L'artiste présente des créations à partir d'image et de vidéo dans des univers lents et contemplatifs.
De son côté, Pascale LeBlanc Lavigne est associée à iXmédia et Kabane. Elle présentera une installation cinétique, c'est-à-dire avec une génération de mouvements en fonction des recherches effectuées par les internautes sur le Web. Selon les types de recherches, une machine produira des mouvements différents.
Quant à Camille Bernard-Gravel, jumelée à Spektrum Media, elle a l'habitude de créer de grandes installations analogiques qui donne l'impression d'une présentation numérique. Elle joue sur deux tableaux à la fois, des objets bien réels qui forment une représentation d'une action numérique.
Jumelage facile
Jacques Blanchet affirme que le jumelage entre artistes et entreprises a été facile à créer parce que les artistes sont des spécialistes de l'exploration des médiums tout comme les entreprises numériques. Ces dernières font nécessairement de la recherche pour développer de nouveaux produits, de nouveaux outils ou de nouvelles façons d'interagir avec la clientèle. Le pont est vite franchi entre le monde des affaires numérique et celui des arts.