Un homme se balade en Segway.

La SEPAQ poursuivie pour 109 000 $ après un accident de Segway

Une balade en Segway a viré à la catastrophe pour un résident de Québec qui réclame près de 109 000 $ à la Société des établissements de plein air du Québec (SEPAQ) et à la station touristique Duchesnay.
Le 30 juillet 2012, Claude Sirois a eu le goût d'essayer le gyropode Segway, ce petit véhicule à moteur où le conducteur se tient debout sur une plate-forme située entre les deux roues.
M. Sirois suit la formation de base donnée par un guide-animateur. Il se rend ensuite avec les autres membres du groupe dans le sentier en forêt où doit se dérouler la randonnée. Le sol y est de terre battue, recouvert d'une couche de poussière de pierre par endroits.
Selon la requête déposée en Cour supérieure, Claude Sirois roule normalement et prudemment lorsque, soudainement, la roue gauche de son Segway percute la souche d'un arbre. 
Le petit véhicule tourne brusquement vers la droite et son conducteur est projeté dans les airs. Claude Sirois affirme qu'en percutant le sol, il a aussitôt ressenti une douleur sévère à la hanche gauche.
Incapable de se lever, il doit attendre les secours qui le conduisent à l'Hôpital de l'Enfant-Jésus. Hospitalisé durant deux jours, l'homme sera opéré pour réduire une fracture et devra s'absenter du travail durant trois mois et demi.
Dans sa poursuite, Claude Sirois allègue que la SEPAQ «a omis de prendre toutes les dispositions requises et nécessaires pour que le chemin de randonnée soit exempt de tout obstacle susceptible de compromettre l'équilibre du Segway et la sécurité du demandeur et des autres utilisateurs».
Claude Sirois et sa conjointe réclament au total près de 109 000 $.