Philippe Couillard (PLQ), Françoise David (QS), l'animateur Pierre Bruneau, Pauline Marois (PQ) et François Legault (CAQ) ont pris la pause avant le deuxième débat des chefs, jeudi soir.

La semaine électorale décortiquée

Qu'est-ce qu'un politologue, une professionnelle des communications politiques et une chroniqueuse dans un quotidien anglophone ont retenu de la dernière semaine de campagne?
Jean-Herman Guay, professeur de science politique à l'Université de Sherbrooke
> Philippe Couillard
Le plus: Philippe Couillard a bien maintenu, pendant les jours qui ont précédé, son attitude de calme. Il s'est montré au-dessus de la mêlée, et c'est susceptible de consolider son vote.
Le moins: sur la langue, je trouve qu'il a joué avec le feu pendant le débat, quand il a dit que même autour d'une chaîne de montage, les employés devraient être capables de parler anglais, au cas où des clients visiteraient l'usine. Ça me semble en rupture avec un large consensus au Québec.
> François Legault
Le plus: le débat à TVA et même les trois derniers jours ont été ses meilleurs. Il est parvenu à avoir des propos clairs tout en les gardant courts. Il est sans doute celui qui est le mieux parvenu à expliquer sa ligne, et il a bien défendu la position médiane de son parti sur la charte.
Le moins: dans son cas aussi, il pourrait être trop tard. Selon la Boussole électorale de Radio-Canada, environ 17 à 18 % des gens peuvent encore changer d'avis, ce qui est relativement peu. Il semble que le vote se cristallise.
> Pauline Marois
Le plus: Pauline Marois a été capable, sans contredire son parti, d'aller un peu plus loin dans son engagement de ne pas tenir de référendum, elle qui se répétait jusque-là qu'il n'y en aurait pas «tant que les Québécois ne sont pas prêts». Cela a pu rassurer certains nationalistes mous.
Le moins: il n'y a pas vraiment eu de mauvais coup pour le PQ cette semaine, même si on peut se demander si elle n'a pas fait trop d'attaques par association et s'il n'est pas, de toute façon, trop tard.
> Françoise David
Le plus: ce sera le nombre de votes pour QS plutôt que le nombre de sièges qu'il sera intéressant de voir. Je trouve que Françoise David a la bonne attitude, le bon discours pour gruger le vote souverainiste. L'enjeu, pour QS, est d'entrer dans la culture politique québécoise, et il se place bien.
Le moins: il n'y a pas vraiment eu de mauvais coups pour eux cette semaine. Mais tout le monde sait très bien qu'ils n'ont aucune chance de prendre le pouvoir, si bien que la vraisemblance de leur programme doit être mise entre guillemets.
*****
Josiane Hébert, vice-présidente et chef de groupe Affaires publiques et gouvernementales pour le Québec chez Hill + Knowlton Stratégies
> Philippe Couillard
Le plus: Philippe Couillard est resté au-dessus de la mêlée face aux attaques répétées et il s'est expliqué clairement. C'est l'attitude à avoir quand on aspire à devenir premier ministre.
Le moins: M. Couillard n'a pas réussi à amener le couple Marois-Blanchet à dévoiler ses actifs. Il a donc divulgué les siens sans forcer tous ses adversaires à faire de même.
> François Legault
Le plus: François Legault livre la bataille politique de sa vie. Et on a vu cette semaine qu'il a encore de l'énergie pour attaque M. Couillard et Mme Marois et pour présenter son projet Saint-Laurent.
Le moins: on peut certainement lui reprocher l'usage de certains mots qui relèvent un niveau de langage «discutable», disons. C'est un langage qui ne convient pas à une personnalité publique ou à quelqu'un qui aimerait devenir premier ministre ou chef de l'opposition officielle.
> Pauline Marois
Le plus: pendant le débat, Pauline Marois a dit qu'elle serait à l'écoute des Québec au sujet d'un éventuel référendum, en disant : «Est-ce que les Québécois en veulent un? Non, alors il n'y en aura pas.» Cela pourrait rassurer certains électeurs.
Le moins: le Parti québécois s'est attaqué à beaucoup de monde, cette semaine : Philippe Couillard sur des questions d'éthique, le Directeur général des élections (dans la fausse affaire des étudiants ontariens), Jacques Duchesneau (mis en demeure pour une entrevue à Radio-Canada), les étudiants ontariens. C'est mauvais parce que ça ne fait pas très constructif.
> Françoise David
Le plus: Québec solidaire met de l'avant des thèmes que les autres partis n'abordent pas. Cette semaine, ce furent les Autochtones, les personnes âgées et les producteurs de fromage. Ça leur permet de courtiser des électorats ciblés.
Le moins: à 10 jours du vote, à ma connaissance, il n'y a toujours qu'un seul journaliste à bord de l'autobus de QS. Ils s'attendaient sûrement à une plus grande présence médiatique.
*****
Celine Cooper, chroniqueuse à The Gazette
 
> Philippe Couillard
Le plus: je pense que Philippe Couillard s'en est bien tiré dans cette histoire de paradis fiscal, où il avait déposé 600 000 $ quand il travaillait à l'étranger. Il a bien expliqué qu'il avait respecté les lois. Par ailleurs, le fait de dire que le bilinguisme est bon pour Montréal était une belle façon de rallier sa base non francophone, même s'il faudra voir comment c'est reçu ailleurs.
Le moins: dans l'ensemble, ça n'a pas été un très bon débat pour M. Couillard. Il a été la cible de tous les autres partis, et je n'ai pas trouvé qu'il s'est bien dépêtré des accusations au sujet de ses liens passés avec Arthur Porter, accusé de fraude. Il avait l'air mal à l'aise.
> François Legault
Le plus: à mon avis, François Legault a gagné le débat. Il n'avait rien à perdre et a offert une forte performance. Il a été capable de bien se positionner comme une alternative, en décrivant le PLQ et le PQ comme également corrompus.
Le moins: mais je ne suis pas sûre qu'il parviendra à transformer sa performance en votes. Il pourrait être trop tard pour la CAQ.
> Pauline Marois
Le plus: le débat est le bon coup du PQ cette semaine. Pauline Marois y est apparue beaucoup mieux que pendant le débat précédent, plus calme, plus confortable. Tous ses adversaires concentraient leurs attaques sur Philippe Couillard.
Le moins: l'histoire de fraude électorale est, à mon sens, le point le plus bas de cette campagne. Sur la base d'un seul article de journal, des ministres ont fait une sortie publique, dimanche, avant d'être contredits par le DGE [Directeur général des élections]. C'était éberluant.
> Françoise David
Le plus: il y a peu à dire sur QS cette semaine, si ce n'est qu'encore une fois, Françoise David s'est très bien tirée d'affaire pendant le débat. Elle n'avait rien à perdre, donc elle s'est montrée confiante et respectueuse.
Le moins: il n'est rien sorti de mauvais de leur campagne cette semaine, mais pour tout dire, il n'en est pas sorti grand-chose. On ne les a vraiment pas vus beaucoup.