L'importante fuite de gaz naturel derrière l'Hôpital de l'Enfant-Jésus n'est toujours pas colmatée.

La semaine des fuites de gaz pour les pompiers

Ce ne sont pas les incendies, mais plutôt les fuites de gaz qui ont monopolisé les pompiers de Québec cette semaine. Alors que l'importante fuite de gaz naturel derrière l'Hôpital de l'Enfant-Jésus n'est toujours pas colmatée, le Service de protection contre l'incendie de la Ville de Québec (SPIQ) a dû faire face vendredi à deux incidents du même genre.
«On a été assez occupé. C'est une bonne journée pour les fuites de gaz», a d'ailleurs commenté Jean-François Daigle, porte-parole du SPIQ.
La journée chargée des pompiers a débuté par l'évacuation complète d'un édifice de quatre étages situé au 144, rue Dalhousie en raison d'une première fuite de gaz, qui aurait été causée par le bris d'un appareil de chauffage au sous-sol. La fuite a été maîtrisée en moins d'une heure en coupant l'alimentation en gaz de l'appareil défectueux, ce qui a permis aux occupants de regagner rapidement l'immeuble. Un travailleur évacué a été pris en charge par les ambulanciers présents sur place, mais aucun transport à l'hôpital n'a été nécessaire.
Une deuxième fuite de gaz s'est produite en milieu de journée, au 1417, chemin Sainte-Foy, nécessitant l'évacuation de sept logements et d'un commerce. Les pompiers de Québec et Gaz Metro ont travaillé en collaboration afin de colmater la fuite, dont la cause est toujours inconnue.
Un trou a été effectué dans la chaussée à la hauteur de l'avenue Marguerite-Bourgeoys, permettant à Gaz Metro d'aller réparer son équipement endommagé.
Le tronçon du chemin Sainte-Foy entre Marguerite-Bourgeoys et l'avenue Eymard a été fermé à la circulation durant toute l'opération - qui s'est terminée à 15h15 -, provoquant une congestion inhabituelle.