L'Agence mondiale antidopage (AMA) va étudier la requête du CIO qui lui a demandé il y a un mois «d'envisager de prendre la responsabilité des contrôles antidopage».

La Russie tente d'empêcher les révélations des cas de dopage

Le ministre des sports de la Russie veut empêcher les dirigeants de dévoiler qu'un athlète a échoué un test antidopage en rendant la pratique illégale.
Vitaly Mutko a déclaré au télédiffuseur sportif d'État que le fait de révéler le nom d'un athlète qui a échoué un test antidopage cause du «tumulte» et vient à l'encontre de la présomption d'innocence.
Les athlètes fournissent un échantillon A et un échantillon B lorsqu'ils subissent les tests. Si le premier est testé positif, ils peuvent demander à ce que le deuxième soit également testé pour confirmer ou infirmer le résultat. Même si quelques athlètes ont été blanchis lorsque l'échantillon B s'est avéré négatif, ces cas sont rares.
Mutko a accusé les fédérations sportives russes de dévoiler continuellement les résultats des tests avant que le deuxième échantillon soit vérifié, ajoutant qu'il allait «désormais empêcher cette pratique de manière administrative et criminelle».
La Russie a fait face à plusieurs scandales de dopage dans les dernières années.