La Québécoise Dominique Maltais savoure sa médaille d'argent en snowboard cross, aux Jeux olympiques de Sotchi.

La revanche d'argent de Dominique Maltais

La mission a duré quatre ans! Si le mauvais souvenir de Vancouver était lourd à porter, celui de Sotchi restera à jamais gravé dans son coeur. Dominique Maltais a pris sa revanche sur 2010, dimanche au Parc extrême Rosa Khutor, en s'invitant sur la deuxième marche du podium olympique en snowboard cross.
La planchiste de Petite-Rivière-Saint-François pouvait enfin tourner la page sur l'épisode le plus noir de sa carrière. Souriante, elle accueillait cette médaille d'argent avec le sentiment du devoir accompli.
«Il y a un énorme stress que je traînais avec moi depuis quatre ans qui vient de tomber de mes épaules. Je voulais terminer sur le podium à mes derniers Jeux, c'était cela ou rien, il n'y avait pas d'autre option. Je ne peux pas être plus heureuse que ça, c'est l'une des plus belles journées de ma vie», confiait-elle, bouquet de fleurs à la main.
La sportive de 33 ans revenait de loin. Le 16 février 2010, son rêve olympique s'était transformé en cauchemar à la suite d'un contusion au poumon et un pneumothorax. Depuis, tout ce qu'elle a fait, touché ou mangé ne l'a été que dans l'optique de prendre place sur la tribune d'honneur en ce 16 février 2014.
«Depuis Vancouver, j'étais en mission et j'ai pris ma vie en main pour être plus rapide et prendre une espèce de revanche. Les quatre dernières années ont passé vite, le travail ardu a été récompensé. Depuis que je suis ici, je me voyais avec l'or, mais je suis vraiment contente de terminer avec l'argent», disait la vice-championne, qui a reçu sa médaille en soirée au Parc olympique.
La larme à l'oeil
«Depuis mon arrivée à Sotchi, je suis très fébrile. J'ai la larme à l'oeil assez facilement, peu importe le sport, et j'en ai versé une au moins trois fois, aujourd'hui [dimanche]», soulignait-elle avec son précieux souvenir au cou.
Plus rapide que ses rivales lors des deux précédentes journées d'entraînement, Dominique n'a pas connu de très bons départs dans les courses la menant jusqu'à la finale. Elle savait toutefois où il était possible d'attaquer, ce qu'elle a notamment fait en demi-finale quand l'Américaine Lindsey Jacobellis a bien failli la faucher dans sa chute. Mais voilà, l'éventuelle médaillée était prête à toute éventualité, chaque détail ayant revu, pensé, corrigé.
«Je trouve ça «cool» parce qu'aujourd'hui, ça résume bien tout ce que j'ai travaillé au cours des dernières années. Je savais que les filles étaient un peu plus hautes dans le virage, et quand j'ai vu Lindsey tomber et s'en venir dans ma ligne, j'ai dit pas le choix, ça passe ou ça casse.»
Il n'y avait rien à faire pour déloger la Tchèque à la moustache porte-bonheur Eva Samkova, qui a survolé le parcours du début à la fin de la journée. La Française Chloé Trespeuch a ravi le bronze.
Il s'agissait de la seconde médaille des présents Jeux pour une représentante de la région de Québec. Kim Lamarre, de Lac-Beauport, avait mérité le bronze en slopestyle, mardi dernier.
Pour Dominique Maltais, c'était un deuxième succès olympique en carrière. En 2006, à Turin, un concours de circonstances lui avait permis de recevoir la médaille de bronze. Cette fois-ci, aucun doute, tout s'est passé dans l'ordre.
Sur un mur de la maison, il y aura bientôt une nouvelle décoration. «Elle va aller rejoindre sa petite soeur», indiquait-elle à propos de sa médaille. La grande blonde collectionne aussi les globes de cristal. Première au classement de la saison, il ne lui reste que deux courses pour en obtenir un cinquième.
Ça va prendre un grand mur!