Le grand défi des jeunes de la relève sera d'apprendre à prendre leur place, car l'évolution de la profession devrait amener plus d'autonomie aux infirmières et infirmiers du réseau de la santé.

La relève au coeur des préoccupations

Les infirmières Jennifer Boisclair et Audrey Lortie ont les yeux tournés vers la relève, chacune à sa manière.
Pour Jennifer Boisclair, la formation des nouvelles personnes affectées aux urgences que ce soit une infirmière tout juste sortie de sa formation ou une autre qui change de département, fait partie des nécessités pour l'intégration dans une nouvelle équipe de travail.
À son avis, même si les nouveaux diplômés sont mieux outillés pour le passage de la classe à la réalité du travail, il reste du travail à faire dans les institutions d'enseignement. Dans les hôpitaux, cela consiste aussi en un encadrement systématique. Le partage des expertises est essentiel. C'est d'ailleurs ce qu'elle fera avec les conseillères des autres hôpitaux en formant plus d'une vingtaine de nouvelles personnes au travail dans les urgences.
«La relève, la nouvelle génération d'infirmiers et d'infirmières est plus fonceuse. Elle ne craint pas la remise en question du système. L'amélioration du système de santé, insiste-t-elle, passe par l'amélioration de la place des infirmières. Si nous voulons améliorer l'accès aux soins de santé, il faut aussi miser sur l'amélioration continue des compétences des infirmières et leur faire plus de place dans le processus d'intervention.»
Selon Audrey Lortie, le grand défi des jeunes de la relève sera d'apprendre à prendre leur place, car l'évolution de la profession devrait amener plus d'autonomie aux infirmières et infirmiers du réseau de la santé. Les postes d'infirmières praticiennes spécialisées devraient être en croissance.
Son conseil : personne ne devrait avoir peur de remettre en question un certain ordre établi. Les pratiques évoluent, les techniques aussi. Poser des questions, c'est une bonne idée pour bien comprendre.
«Il faut savoir foncer pour mener à bien sa carrière et exploiter tout son potentiel. Il ne faut hésiter à bien se former et à se spécialiser», affirme-t-elle. C'est pourquoi elle travaille à aider les jeunes de la relève comme elle à maintenir leur motivation, car trop souvent le système ne prend pas suffisamment en considération les intérêts des jeunes dans la poursuite de leur carrière.