La prison réclamée pour un jeune fraudeur

Pris en possession de 2800 numéros volés de cartes de crédit, un jeune Montréalais qui aspire à travailler dans les finances risque de 6 à 12 mois de prison. Abdellatif Guemache, 19 ans, s'est fait arrêter à Québec l'été dernier avec trois complices, alors qu'ils fraudaient des magasins avec des cartes de crédit clonées.
Abdellatif Guemache a été arrêté le 27 juillet avec Alexandre Lang, Emrah Yigit, 18 ans, et Jeff Augustin, 19 ans, dans le stationnement des Galeries de la Capitale.
La gérante d'un magasin venait d'alerter la police, trouvant suspects les quatre jeunes. Ceux-ci se procuraient des cartes-cadeaux à l'aide de cartes de crédit clonées. Ils s'achetaient ensuite des produits avec les cartes-cadeaux, ce qui leur permettait de brouiller les pistes.
Le quatuor s'était déplacé de Montréal pour commettre des fraudes avec une douzaine de cartes clonées. Abdellatif Guemache était le chauffeur désigné. Dans le coffre arrière de sa voiture, les policiers ont retrouvé des biens volés d'une valeur de 2500 $, dont des ordinateurs portables, des bouteilles d'alcool et des cartouches de cigarettes.
Guemache a plaidé coupable à diverses accusations de fraude, mardi, au palais de justice de Québec. Il a reconnu avoir eu en sa possession un ordinateur dans lequel se trouvaient près de 2800 numéros de cartes de crédit, en plus des renseignements personnels de leurs détenteurs. «Un vol d'identité pur et simple», a affirmé le procureur de la Couronne, Me Guillaume Michaud.
Le ministère public a réclamé au juge Carol St-Cyr une peine de détention de 6 à 12 mois pour dissuader le Montréalais d'origine algérienne. Me Michaud a souligné qu'Abdellatif Guemache «avait les moyens de frauder à grande échelle», étant donné qu'il avait à sa disposition des milliers de numéros de cartes de crédit.
L'avocate du jeune homme, Marie-Kim Harvey, a quant à elle suggéré de lui accorder une absolution conditionnelle, assortie de 240 heures de travaux communautaires. Elle a plaidé qu'il serait «dommage de stopper les projets d'avenir» d'Abdellatif Guemache, qui vise des études universitaires en finances. «L'hémorragie a été stoppée» par les policiers avant qu'il commette d'autres fraudes, a précisé Me Harvey.
D'une voix faible, l'accusé a dit que les cinq jours passés en prison après son arrestation lui avaient «ouvert les yeux» et qu'il regrettait ses gestes.
Le juge Carol St-Cyr prononcera sa peine le 9 juin. L'un des coaccusés, Jeff Augustin, a déjà été condamné à six mois de prison, une peine qui tenait compte du non-respect de conditions de remise en liberté.