Le site historique du Banc-de-Pêche-de-Paspébiac accueillera Vies possibles et imaginaires de Yasmine Eid-Sabbagh et Rozenn Quéré.

La photographie et le paysage s'unissent en Gaspésie

Les Rencontres internationales de la photographie en Gaspésie sont de retour pour une cinquième année consécutive. Jusqu'à la mi-septembre, une cinquantaine de photographes présentent le fruit de leur création dans 21 lieux situés au coeur de 13 municipalités de la Gaspésie. «On se sert des paysages et des éléments qui existent en Gaspésie pour créer un événement», explique le directeur général de l'activité, Claude Goulet.
Les Rencontres internationales de la photographie sont placées sous le thème Visible. Invisible. «Le thème prend tout son sens dans la proposition que nous fait l'artiste, estime M. Goulet. C'est ensuite la façon dont on le perçoit. Chaque individu le reçoit comme il le ressent, en se laissant embarquer dans l'imaginaire de l'artiste. Libre au public d'imaginer ce qu'il voit.»
Les photographes proviennent du Québec, de l'Ontario et de la Colombie-Britannique, mais aussi de la Serbie, de la Russie, du Royaume-Uni, de la Belgique et des États-Unis. La Gaspésie, avec ses paysages qui sont autant de fenêtres ouvertes sur l'inspiration des photographes, compte aussi des ambassadeurs au sein de cette cohorte 2014 : Maryse Goudreau, Estelle Marcoux et Christian Lamontagne.
Outre les installations et les expositions présentées dans 13 municipalités de la péninsule, une tournée des photographes se tiendra du 15 au 19 août. Plus de 30 artistes participeront à des rencontres publiques autour de la création, sous forme de projections, de conférences-causeries et de tables rondes. Les projections sont faites sur différents bâtiments et attraits, permettant à des infrastructures d'être utilisées de façon inédite et d'être au service de l'art. «Ces soirées et rencontres avec les artistes sont très conviviales», fait savoir M. Goulet.
Le lancement de la tournée se fera le vendredi 15 août à 18h45 au Centre d'artistes Vaste et Vague de Carleton-sur-Mer. Dès le lendemain, la tournée s'arrêtera à Cap-Chat, Marsoui, Grande-Vallée, Gaspé, Percé, Chandler et Paspébiac.
Cette année, l'événement s'est associé aux Promenades photographiques de Vendôme, en France. Il s'agit d'une collaboration visant à créer des ponts entre les communautés, les territoires et les photographes par le biais de résidences d'artistes et d'expositions des deux côtés de l'Atlantique. Cela permet notamment à Gilbert Garcin, de Marseille, de présenter en Gaspésie son projet intitulé Faire de son mieux.
Artistes montréalais
Deux artistes montréalais sont aussi en résidence sur l'île Bonaventure, près de Percé. Patrick Dionne et Miki Gingras préparent une installation qui sera présentée du 8 août au 15 septembre. L'exposition Cueilleurs d'histoires gravitera autour d'oeuvres photographiques inspirées de la relation entre l'individu et son milieu de vie. À la recherche des anciens habitants de l'île Bonaventure, qui est aujourd'hui un parc national, les artistes racontent leur histoire par le biais de leur parcours créatif. «On va pouvoir voir l'installation de la rive grâce à des jumelles et, en s'approchant, on pourra entendre les récits des gens de la place», précise Claude Goulet.
Les structures visant à accueillir les oeuvres de l'événement gaspésien ont été détruites, au début du mois, par la tempête Arthur dans deux municipalités. À Marsoui, elles ont été réparées. «À Carleton-sur-Mer, on ne pouvait pas reconstruire la structure, raconte le directeur des Rencontres. On a loué un conteneur neuf sur lequel on pourra présenter les projections.»