L'ex-ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport, Marie Malavoy.

La péquiste Marie Malavoy quitte la vie politique

La péquiste Marie Malavoy a annoncé qu'elle met un terme à plus de 20 ans de carrière politique active.
Mme Malavoy a présidé aux destinées du Parti québécois (PQ) de 2000 à 2005. Elle était jusqu'à jeudi députée-ministre de Taillon, qu'elle représentait depuis 2006. Elle avait alors pris la relève de Mme Marois, qui avait temporairement suspendu sa vie parlementaire. Mme Malavoy a également été élue dans Sherbrooke, de 1994 à 1998.
La chef du Parti québécois a rendu hommage à «une amie». Pauline Marois a vanté le travail de sa ministre, notamment pour «l'appui à la persévérance scolaire» et «l'implantation d'un nouveau cours d'histoire au secondaire». Âgée de 65 ans, «Marie était en réflexion depuis un certain temps» et a pris sa décision après avoir su qu'une «candidate de grande qualité pouvait assurer la relève», a dit Mme Marois qui a tu le nom de l'intéressée.
Le président de l'Ordre des ingénieurs du Québec candidat du PQ
À la deuxième journée de campagne, la caravane électorale péquiste a continué de rouler dans des circonscriptions que les stratèges péquistes jugent prenables. Jeudi, le premier arrêt a été effectué dans Drummond-Bois-Francs, que détient Sébastien Schneeberger pour la Coalition avenir Québec.
Le Parti québécois présente Daniel Lebel, qui a démissionné, il y a quelques heures, de la présidence de l'Ordre des ingénieurs du Québec. Ce qui ne l'exempte pas de controverse parce qu'il a dirigé une corporation professionnelle au moment où des firmes d'ingénieurs font l'objet d'enquêtes.
En soirée, Pauline Marois a participé à un rassemblement dans Verdun. En 2012, le libéral Henri-François Gautrin l'a emporté par 547 voix. Le vétéran a été éjecté du Parti libéral du Québec (PLQ) récemment. La femme de théâtre Lorraine Pintal est sur les rangs pour le PQ. L'ex-pdg d'Investissement Québec Jacques Daoust est pressenti pour le PLQ.