Gord Downie, en spectacle à Halifax, le 29 novembre dernier

La musique anglo, à la vie à la mort

     
La scène de Québec en pleine effervescence
Les membres du groupe de Québec Fjord
Depuis quelques années déjà, on sentait que la scène de Québec était en train de prendre un envol notable avec des artistes comme Karim Ouellet, The Seasons, The Lost Fingers ou encore Safia Nolin. Cette année plus que jamais, cet élan se confirme. Le nombre de productions de qualité est époustouflant et la plupart de ces artistes n'en sont qu'à leurs débuts. On songe à Fjord, qui avoisine les 2,8 millions d'écoute avec sa pièce Blue sur Spotify, à Ghostly Kisses, qui approche les 1,9 million d'écoute sur la même plateforme avec Such Words, à Men I Trust qui a fait une mini-tournée en Chine, à Floes, De la Reine, Gabrielle Shonk, ou, encore, Ego Death qui ont également bien fait.
L'année de la mort
Leonard Cohen lors du lancement de son album <em>You Want It Darker</em>, en octobre 2016
L'année 2016 n'était pas encore pleinement démarrée qu'on était outré du nombre de personnalités qui tombaient sous le coup de la Faucheuse. Le rythme n'a jamais ralenti. Les deux tiers d'Emerson, Lake & Palmer - Keith Emerson et Greg Lake - sont partis. Deux membres fondateurs de Jefferson Airplane se sont éteints le même jour, à 74 ans: Signe Toly Anderson et Paul Kantner. Du reste, les noms parlent d'eux-mêmes: Prince, David Bowie, Leonard Cohen, Glenn Frey, Bob Walsh, Leon Russell, Sharon Jones, Sir George Martin, Nana Vasconcelos, Gianmaria Testa, Rudy Van Gelder... Est-ce que le rythme ralentira l'année prochaine? D'aucuns croient que non, puisque c'est véritablement une génération qui est en train de mettre les voiles...
Les adieux de Gord Downie
Dans l'univers du rock, les supposés adieux sont régulièrement marqués de retour. Mais dans le cas de Gord Downie, rarement ils auront été aussi vrais. L'artiste de 52 ans, qui sait que ses heures sont comptées en raison d'une tumeur inopérable au cerveau, a fait une ultime série de concerts avec ses complices de The Tragically Hip, le temps de présenter son dernier album avec le band: Man Machine Poem. Le concert qui a eu lieu à Kingston le 20 août, dans la ville natale des Hip, a été télédiffusé et a permis non seulement d'entendre le groupe vibrer une ultime fois, mais de connaître des moments forts en émotions... Impossible de rester de marbre quand le chanteur a craqué durant Grace, Too ou lorsqu'on a vu les musiciens embrasser leur vieux complice en sortie de piste... Non, ce n'était pas des adieux comme les autres...
Trois shows à dimension humaine: Gonzales, Gardot et Marillion
J'ai toujours un faible pour les concerts en salles, à dimension humaine. En début d'année, le 12 février, Chilly Gonzales nous a donné des leçons de piano jouissives dans un Palais Montcalm complet, avec humour et moments sensibles. Sans tambour ni trompette, Melody Gardot, elle, a rempli le Grand Théâtre à pleine capacité et est débarquée avec un show rodé au quart de tour le 28 juin, juste assez exigeant pour déstabiliser la foule et avec juste assez de hits pour ne pas la perdre. Dans un tout autre registre, les vétérans de Marillion se sont surpassés à l'Impérial (2 novembre), défendant leur excellent album F.E.A.R., qui traite des sujets de l'heure - peur, immigration, dérives capitalistes - sans omettre de toucher à d'autres périodes de leur répertoire.
Trois shows à grand déploiement: Pearl Jam, Mumford & Sons et Rammstein
Mumford &amp; Sons lors de leur passage à la baie de Beauport, en juin dernier
Le passage de Pearl Jam à Québec le 5 mai a eu des allures d'événement: une murale à l'Anti, une collecte de denrées alimentaires, un encan pour les fans et, bien sûr, un redoutable concert aux allures de marathon, comme le groupe aime les concocter. On craignait de se les geler avec Mumford & Sons à la baie de Beauport, le 11 juin, on s'est plutôt éclaté dans un cadre extérieur où tous les ingrédients d'une réussite étaient présents: performance mémorable, confort avec tous les services souhaités et excellente sono. Il n'est pas facile de recréer de la magie lors d'un deuxième passage, mais Rammstein, qui a une proposition sur mesure pour l'immense scène des plaines d'Abraham, a su relever le défi avec un concert éblouissant visuellement et musicalement le 17 juillet.
Albums anglophones de l'année
1. Les albums-testaments de Bowie et de Cohen
L'année 2016 s'est amorcée et terminée avec deux albums-testaments qui ont été de grandes réussites : Blackstar, de David Bowie, et You Want It Darker, de Leonard Cohen, chacun abritant des lignes autobiographiques qui leur confèrent un caractère particulier. Bowie nous apparaît au sommet de son art sur cet enregistrement qui bouillonne de créativité et où le rock s'enrichit notamment de jazz et de diverses expérimentations. Cohen, lui, manie les rimes riches comme lui seul sait le faire, tandis que sa voix grave côtoie des choeurs masculin et féminin. 
2. Radiohead - A Moon Shaped Pool
<em>A Moon Shaped Pool</em>
L'immense talent de Radiohead n'a jamais fait de doute, or on commençait à s'ennuyer un peu quand l'expérimentation prenait le dessus sur l'émotion et quand la rythmique éclipsait les mélodies. Sans pour autant céder à la facilité, les gars sont revenus à un bel équilibre sur A Moon Shaped Pool, mettant à contribution un ensemble à cordes. 
3. Ray LaMontagne - Ouroboros
C'est avec Jim James (My Morning Jacket) que Ray Lamontagne a conçu Ouroboros. L'Américain propose huit titres qu'il subdivise en deux parties et qui s'imbriquent les uns dans les autres, dans une veine art-rock. La proposition est dense, certes, mais cohérente, variée, étonnante, servie avec le chant unique de l'artiste. 
4. Rihanna, Beyoncé ou Solange?
Les grandes vedettes de la pop et du R'n'B américains ont décidé d'aller à l'encontre de la facilité cette année: Rihanna (Anti) et Beyoncé (Lemonade) ont toutes deux pondu des albums ambitieux, loin d'être racoleurs. Mais c'est peut-être la soeur de la seconde, Solange, qui a fait le meilleur coup avec A Seat At The Table. Avec une voix pleine d'assurance, celle qu'on a déjà vue à Québec explore une veine soul plus traditionnelle, faisant dans la nuance. 
5. Bon Iver - 22, A Million
Les années qui ont suivi l'acclamé deuxième album de Justin Vernon ont été ponctuées de doutes et de crises d'angoisse. 22, A Million en témoigne: la folk est violemment secouée par les expérimentations. Or ces éléments qui peuvent apparaître comme des parasites sonores n'enlèvent jamais rien à la profonde humanité des interprétations et s'estompent en cours de route.
6. Nick Cave & The Bad Seeds - Skeleton Tree
Skeleton Tree est fortement teinté par la mort accidentelle du fils de Nick Cave. Un album sombre et exigeant, mais qui compte ses moments de grâce.
7. The Pineapple Thief - Your Wilderness
Les Britanniques font équipe avec le batteur Gavin Harrison pour cet excellent projet d'art-rock, où le matériel est livré avec un souci de retenue.
8. Savages - Adore Life
La formation britannique et sa chanteuse française continuent de mordre avec fureur dans leur matériel en mettant davantage leur personnalité à l'avant-plan.
9. Nils Petter Molvaer - Buoyancy
Le trompettiste norvégien s'est proposé d'explorer l'état d'apesanteur sous-marin. Il en ressort avec ce qui est probablement son meilleur album.
10. Andy Shauf - The Party
Un enregistrement plein de promesses de la part de ce Canadien, qui a non seulement un talent de conteur, mais de mélodiste et d'orchestrateur.  
Découvrez la liste complète avec extraits au houle.lesoleil.com