La lune de miel est terminée

Les débuts de mandats sont généralement difficiles pour les gouvernements. On aurait pu croire que les libéraux échapperaient à cette règle parce qu'ils ont été exclus du pouvoir pendant une très courte période, mais ce n'est pas le cas.
Qui aurait pu prédire que l'évasion de trois détenus de la prison de Québec en hélicoptère mettrait la vice-première ministre Lise Thériault dans un tel embarras? Qui aurait pu prédire que le trio de médecins, dont Philippe Couillard vantait l'expertise en campagne électorale, se retrouverait dans une telle controverse à cause du ministre Yves Bolduc? Une «grosse tempête dans un petit verre d'eau», a commenté Philippe Couillard dans un premier temps. Mais une grosse tempête qui fait la manchette des médias depuis 10 jours, et qui est en train de jeter le discrédit sur la profession médicale au complet.
Et qui aurait cru que le titulaire de l'Environnement, David Heurtel, recrue vedette de Philippe Couillard dans Viau, serait à ce point malhabile dans le dossier controversé de la cimenterie de Port-Daniel? Un ministre de l'Environnement qui vient d'embaucher André Boisclair pour le conseiller sur les changements climatiques, et qui admet n'avoir aucune idée de la quantité de gaz à effet de serre que produira cette cimenterie... Voilà une admission étonnante de la part de M. Heurtel, qui avait déclaré une semaine plus tôt ne pas avoir le pouvoir de soumettre ce projet à une évaluation du BAPE. On marche à l'aveuglette dans ce dossier?
Bref, c'est un début de mandat chaotique pour le nouveau gouvernement Couillard qui souffre d'improvisation, et dont certains ministres manquent visiblement d'expérience. La lune de miel est terminée.
Le gouvernement Marois avait également connu un début de mandat difficile, mais c'était plus compréhensible après neuf ans dans l'opposition. Les péquistes allaient de recul en recul, les plus célèbres virages portant sur leur incapacité d'abolir la taxe santé et d'atteindre l'équilibre budgétaire. Ce n'est qu'à l'été 2013, neuf mois après leur arrivée au pouvoir, qu'ils sont parvenus à reprendre le contrôle de l'agenda politique.
Les libéraux ont plus de temps devant eux, mais le cafouillage des dernières semaines va plomber leur cote de popularité dans les sondages d'opinions.Cela les rendra plus vulnérables à l'automne devant les multiples lobbies opposés aux mesures de compression prévues dans le budget. Jeudi, M. Couillard a tenté de calmer le jeu et lancé à tout le monde un appel au respect. Mais il a aussi indiqué que le ministre Bolduc aurait dû être plus prudent avant de prendre de nouveaux patients, alors que tout le monde s'attendait à des élections imminentes. Après une telle admission, le ministre Bolduc n'a plus le choix que de rembourser intégralement les 215 000 $ reçus à titre d'incitatifs. C'est la seule manière de clore ce débat qui ne cesse de faire tache d'huile.
La grande séduction
On nous informe que le premier ministre Stephen Harper tiendra une réunion spéciale de son cabinet à Québec au début de septembre. Selon le Globe and Mail, l'événement sera assorti de rencontres avec les ministres du gouvernement Couillard, et de quelques annonces importantes. M. Harper en profiterait également pour faire la promotion du rôle joué par les Pères de la confédération, sous un gouvernement conservateur... en faveur de la protection des droits des provinces. En principe, cette réunion à Québec du cabinet Harper doit servir à préparer les célébrations du 150e anniversaire du Canada en 2017. En pratique, le gouvernement Harper multiplie ses visites au Québec afin de nous séduire en vue des élections à l'automne 2015. La pente à remonter sera abrupte...