La magnifique Maison de la littérature, qui fêtait son premier anniversaire, a de nouveau été mise en valeur à Québec en toutes lettres.

La littérature sous le signe du changement

Mort et renaissance
À l'inverse des saisons, le Bureau des affaires poétiques (BAE), qui organisait chaque année à Québec le Mois de la poésie, est mort au printemps avant de renaître officiellement à l'automne. L'organisme peinait à financer son événement phare, qui venait pourtant de connaître sa plus faste présentation en mars 2016. Au cours de l'été, plusieurs actions ont été menées, dont la formation d'un nouveau C. A. et la nomination de Jacques Blanchet (Matins créatifs) comme directeur général. En octobre, le BAE confirmait qu'un 10e Mois de la poésie se tiendrait en mars 2017.
Revers pour Copibec
Copibec a essuyé un important revers en février dans sa bataille entamée en 2015 contre l'Université Laval. L'établissement d'enseignement a en effet décidé de créer son propre Bureau du droit d'auteur, passant ainsi outre l'organisme Copibec, qui récoltait les droits d'auteurs reliés aux reproductions utilisées en cours. Copibec avait entamé un recours collectif, qui a été rejeté en cour supérieure en février. L'organisme a signifié son intention de porter le dossier en cour d'appel.
Québec en toutes lettres... noires
Gilles Archambault et Stanley Péan, lors de leur singulier échange
Événement incontournable de la littérature dans la région, Québec en toutes lettres a placé sa septième édition sous le signe du polar et de la noirceur. On a entre autres pu assister à un singulier échange aux accents jazz entre Gilles Archambault et Stanley Péan, ainsi qu'à de nombreuses activités mettant en lumière les auteurs du genre comme Chrystine Brouillet et Martin Michaud. La magnifique Maison de la littérature (photo), qui fêtait son premier anniversaire, a de nouveau été mise en valeur.
Nobel controversé
Bob Dylan est le premier auteur-compositeur à obtenir le prix Nobel de littérature.
L'attribution du Nobel de la littérature a créé une commotion, cette année, en allant au célèbre chanteur folk américain Bob Dylan. Le choix a ravi les fans, tout en irritant ceux qui considèrent que la chanson n'entre pas dans le giron de la littérature. L'affaire a aussi fait jaser en raison du silence radio de l'artiste à l'annonce de son prix. Il n'est sorti de son mutisme que près de deux semaines plus tard, se disant «stupéfait». Il ne s'est finalement pas rendu en personne cueillir son prix, se disant déjà engagé ailleurs. Dylan a néanmoins fait lire un discours de remerciement, où il écrivait: «Si jamais quelqu'un m'avait dit que j'avais la moindre chance de gagner le prix Nobel, j'aurais pensé que mes chances étaient aussi grandes que d'être sur la lune.»