Le jeu de Valérie Milot était d'une musicalité confondante et ponctué de riches couleurs.

La harpe enchantée de Valérie Milot

En l'espace d'une semaine, Bernard Labadie, les Violons du Roy et leurs invités nous auront permis de jeter un regard fascinant sur des instruments malheureusement inhabituels dans le rôle de soliste. Le 19 février dernier, Mathieu Lussier s'en était donné à coeur joie avec son basson goguenard. Hier, c'était au tour de la harpe enchantée de Valérie Milot.
Envoûtante, enchanteresse, féerique... Les qualificatifs ne manquent pas pour décrire la harpe, surtout jouée de manière aussi exquise. Mais attention, la fée Milot l'a mentionné : elle a un faible pour la musique du XXe siècle, très présente sur son excellent disque paru sur Analekta.Son jeu était d'une musicalité confondante et ponctué de riches couleurs. Difficile de ne pas tomber sous le charme. Son interprétation du Larghetto du Concerto d'Haendel était d'une justesse dans le ton et d'une maturité admirable.
Pas la seule à briller
Mais Milot n'était pas la seule à briller hier. Marie-Andrée Benny, qui joue régulièrement avec les Violons du Roy, a également offert une solide performance dans le Concerto de Mozart. Artiste sensible, elle a bien dosé virtuosité et musicalité dans des phrasés d'une grande élégance.
Labadie attentif
Bernard Labadie, accompagnateur attentif, ne s'est pas épanché inutilement sur cette musique. Le chef a bien fait ressortir les aspérités baroques du Concerto d'Haendel (superbe Andantino) et a laissé les galanteries de la musique de Mozart nous amadouer (magnifique Rondo, virtuose à souhait).
La 45e Symphonie de Haydn était elle aussi bien typée, à l'exception de l'Adagio qui aurait mérité plus de polissage. Le Menuet sautillait juste assez. Labadie caresse cette musique jusqu'à en arrondir parfois les angles. C'est sa touche. C'est souvent efficace, comme hier.
Goût pour la mise en scène
On apprécie surtout son goût pour la mise en scène. Comme lors de la création de cette symphonie, où les musiciens avaient quitté la scène tour à tour, les membres des Violons du Roy se sont envolés un à un, pendant qu'on tamisait la lumière. Remarquez, je vous le raconte de mémoire. Difficile de prendre des notes dans la douce obscurité du Palais Montcalm...
Notez que Radio-Canada diffusera le concert d'hier (date à préciser). Valérie Milot présentera également un récital en duo avec la violoniste Marie-Ève Poupart au Café-spectacles du Palais Montcalm le 18 mars à 20h.
LES VIOLONS DU ROY. Direction musicale : Bernard Labadie, chef d'orchestre. Solistes : Valérie Milot, harpe, Marie-Andrée Benny, flûte, Véronique Vychytil, violon, et Raphaël Dubé, violoncelle. J.C. Bach : Sinfonia concertante pour violon et violoncelle, WC 34; Mozart : Concerto pour flûte et harpe, K. 299; G.F. Haendel : Concerto pour harpe, op. 4 n° 6; Haydn : Symphonie n° 45 (Les adieux), Hob. I : 45. Vendredi à 14h et à 20h au Palais Montcalm de Québec.