Récit de l'amour naissant entre Sara (Catherine Michaud) et Dan (Samuel Thivierge), La fille du Martin pèche par son scénario convenu et une direction d'acteurs déficiente.

La fille du Martin: à l'eau de rose **

Ce qui est bien avec le numérique, c'est qu'on peut produire un long métrage à moindre coût. Mais on ne s'improvise pas cinéaste. Il faut avoir une vision, ce dont manque cruellement La fille du Martin, le premier film scénarisé, produit, réalisé et joué par Samuel Thivierge. Le scénario particulièrement mince de cette histoire d'amour convenue et totalement prévisible n'aurait probablement pas obtenu d'aide s'il était passé par les étapes classiques du financement...
La fille du (lac) Martin en question, c'est Sara (Catherine Michaud), dont le père meurt du cancer avant qu'ils aient pu retourner à la pêche. La jeune femme décide quand même de se rendre à la pourvoirie où elle rencontre Dan (Thivierge), une tête brûlée qui passe plus de temps à procrastiner qu'à travailler. Les deux protagonistes vont s'apprivoiser et tomber amoureux l'un de l'autre.
Il faut saluer le courage de Thivierge, qui a décidé de tourner son histoire dans la pourvoirie familiale du lac Saint-Jean, avec des acteurs peu connus - qui malheureusement manquent la plupart du temps de naturel. D'ailleurs, le jeune homme en avait probablement trop sur les épaules et sa direction d'acteurs en souffre.
De plus, Catherine Michaud et lui éprouvent des difficultés avec le texte, qui a l'air récité, la plupart du temps. Ils sont meilleurs quand ils n'ont que des émotions à véhiculer. De toute façon, les dialogues sont généralement insipides. Ce qui est d'autant plus navrant qu'on a étiré la sauce du récit, souvent avec de longues séquences de Dan qui se promène en moto dans les sentiers de la pourvoirie ou en greffant des personnages anecdotiques.
Il faut reconnaître que le jeune réalisateur a souvent de bons angles de prises de vues et quelques mouvements de caméra efficaces, même s'il en abuse parfois. Mais ce n'est pas tout de faire des belles images, encore faut-il qu'elles servent à signifier quelque chose, à faire avancer le récit ou les deux.
Autre chose : quand on veut faire une comédie romantique, il faut que les moments comiques soient drôles. On se croirait dans un mauvais téléroman.
On s'entend, Samuel Thivierge n'est pas Xavier Dolan. Le réalisateur peut très bien continuer à faire du cinéma indépendant, mais il devrait le peaufiner avant de nous le montrer.
Au générique
Cote : **
Titre : La fille du Martin
Genre : comédie romantique
Réalisateur : Samuel Thivierge
Acteurs : Catherine Michaud, Samuel Thivierge
Salle : Clap
Classement : général
Durée : 1h22
On aime : les jeux de caméra
On n'aime pas : le scénario insipide, la mauvaise direction d'acteurs