Le Soleil
Marie-Andrée Doran, Leslie Ann Rusch et Younès Messaddeq au Pavillon d'Optique et Photonique de l'Université Laval
Marie-Andrée Doran, Leslie Ann Rusch et Younès Messaddeq au Pavillon d'Optique et Photonique de l'Université Laval

La fibre optique offre une pluie de possibilités

François-Olivier Roberge
François-Olivier Roberge
Le Soleil
Selon Leslie Ann Rusch, professeure au département de génie électrique et de génie informatique de l'Université Laval, la fibre optique est «la plomberie de nos villes. Personne ne la voit, mais tout le monde en profite. Elle constitue le coeur de l'avancement économique et sociologique. C'est le bon côté de la mondialisation», a-t-elle affirmé avec un léger accent dévoilant que le français n'est pas sa langue maternelle.