Le tout premier rapport déposé publiquement par le BIG promet de faire des vagues : celui-ci met en lumière de nombreuses «irrégularités» dans le processus de vente d'un terrain appartenant à la métropole dans le Vieux-Montréal, un dossier qui traîne depuis 9 ans maintenant.

La dg de Saint-Médard arrêtée par l'UPAC

L'Unité permanente anticorruption (UPAC) a procédé mercredi à l'arrestation de l'ex-directrice générale et secrétaire-trésorière de la municipalité de Saint-Médard, Andrée Ouellet-Beaulieu, une première pour l'UPAC sur le territoire du Bas-Saint-Laurent.
Mme Ouellet-Beaulieu est accusée d'abus de confiance relativement à des actes commis dans le cadre de ses fonctions de directrice générale entre janvier 2006 et septembre 2013. 
Elle a été libérée sous promesse de comparaître le 16 février au palais de justice de Rimouski.
Quatre maires en quatre ans
Depuis 2011, quatre maires se sont succédé à Saint-Médard. La municipalité gère un budget de près de 400 000 $ et emploie cinq personnes, dont deux à temps plein.
«Moi, ce qui s'est passé avant mon élection comme maire, je ne m'occupe pas de ça. On travaille par en avant et ça va bien... Ça me regarde pas s'il y avait de la discorde ou de la mauvaise entente avant que je sois élu», a commenté le maire actuel, Louis-Philippe Sirois, élu en novembre 2013.
En avril 2013, la localité de 230 habitants de la MRC Les Basques avait été mise sous tutelle par la Commission municipale du Québec à la suite de la démission de cinq élus, dont la mairesse de l'époque Diane Marquis.
Quelques mois plus tard, l'UPAC perquisitionnait les bureaux de la municipalité. Andrée Ouellet-Beaulieu avait alors été suspendue avec solde.