Chirs Martin, le chanteur de Coldplay au spectacle de la mi-temps du Super Bowl, dimanche

La dernière vidéo de Coldplay, tournée en Inde, jugée stéréotypée

Une petite controverse est née en Inde relativement à la dernière vidéo du groupe rock britannique Coldplay, qui reprendrait, selon certains, les stéréotypes associés à ce pays, comme les ermites (sadhus), les paons, les temples hindous et les fêtes colorées.
Coldplay a chanté avec Beyoncé au spectacle de mi-temps du Super Bowl, dimanche, mais les artistes n'ont pas interprété leur collaboration Hymn for the Weekend, qui fait l'objet de la vidéo.
Dans le bout de film de quatre minutes, on voit notamment les membres du groupe aspergés de couleurs vives, pendant la «fête des couleurs» (la Holi).
Plusieurs Indiens se sont tournés vers les médias sociaux pour dénoncer ce portrait d'une Inde ramenée à ses stéréotypes de sadhus et de fêtes païennes, en ignorant les changements survenus depuis le boom économique qui a transformé le pays surtout en ville.
Dans cette vidéo, tournée entièrement à Mumbaï, la capitale indienne du divertissement, une vedette montante de Bollywood, Sonam Kapoor, fait aussi une brève apparition de deux secondes.
Une partie de l'élite anglophone indienne a aussi critiqué une forme d'«appropriation culturelle» en voyant Beyoncé en vêtements traditionnels de jeune mariée.
«Qu'est-ce que l'homme blanc n'a pas saisi? L'Inde de 2016 n'est plus ce pays aux charmeurs de serpents et aux sadhus. Stéréotypes», écrit sur Twitter Zakka Jacob, chef d'antenne à CNN-IBN.
D'autres ont toutefois apprécié. «Merveilleuse Inde. Exotique Inde. Captée magnifiquement dans la vidéo de Coldplay», a écrit le poète et ex-député indien Pritish Nandy.
En 2008, Danny Boyle avait fait l'objet de vives critiques en Inde pour son film oscarisé Slumdog Millionaire (Le pouilleux millionnaire). On accusait dans ce cas le réalisateur britannique de montrer une Inde pauvre et corrompue.