Le documentaire Québékoisie a été tourné en partie sur la Côte-Nord.

La Côte-Nord complètement cinéma

Depuis maintenant un quart de siècle, à Baie-Comeau et à Sept-Îles, la fin janvier est synonyme de cinéma. L'année 2014 ne fera pas exception à cette règle, car du 16 au 26 janvier, le Festival du film de Baie-Comeau en sera à sa 26e présentation, tandis que celui de Sept-Îles célébrera ses 24 ans.
À Baie-Comeau, l'événement que tous les festivaliers appellent Cinoche présentera une trentaine de films, dont plusieurs oeuvres québécoises qui ne seraient pas passées par la Côte-Nord autrement. On pense entre autres à Gabrielle, au Démantèlement avec l'excellent Gabriel Arcand et à Triptyque, de Robert Lepage.
En provenance de nos voisins du sud, peut-être moins de films que d'habitude, mais deux qui sont attendus avec impatience, soit Inside Llewyn Davis des réputés frères Coen, et Dallas Buyer's Club, signé Jean-Marc Vallée. Pour ce qui est des documentaires, signalons Québékoisie, tourné en partie sur la Côte-Nord, et Chercher Ferron, qui suit la démarche de l'artiste en arts visuels Richard Ferron, originaire de Baie-Comeau.
La présidence d'honneur de ce 26e Cinoche a été confiée au réalisateur du film Le démantèlement, Sébastien Pilote, qui sera accompagné lors de son passage par l'un des comédiens du film, Gilles Renaud.
Deux cent cinquante kilomètres plus à l'est, le Festival du film de Sept-Îles, Ciné-7 pour les intimes, présentera près de 35 films à trois endroits, soit au Ciné-Centre et au Cégep de Sept-Îles ainsi qu'au Ciné Graff de Port-Cartier. C'est La maison du pêcheur, du réalisateur Alain Chartrand, qui ouvrira le bal. Parmi les autres films québécois, on compte aussi Vic + Flo ont vu un ours ainsi que La fille du Martin.
Pour tout connaître du Festival du film de Baie-Comeau, on peut aller sur Internet, à l'adresse www.festivalcinoche.ca. Quant à celui de Sept-Îles, tous les renseignements sont présentés au www.cine7.ca. Fait à signaler, les cinéphiles pourront acheter à l'avance leurs billets pour toute la durée des deux festivals, ce qui n'était pas possible auparavant.