Le Port de Québec est une ville en soi avec ses règles, mais

La cohabitation selon les règles

Le Port de Québec, c'est une ville dans la ville. Personne ne peut y tenir des activités de petite ou de grande envergure sans permission. Il y a des règles à suivre tant pour la sécurité physique sur terre et en mer, et des règles sur la sécurité nationale et internationale.
Les Grands Voiliers, les spectacles de cirque, les Grands Feux et tous les autres événements grand public doivent montrer patte blanche. La direction ne fait pas de chichi pour autant. Au contraire, il y a une grande collaboration et une grande complicité entre les autorités portuaires, la ville et les organisateurs, soutient Pascal Raby, vice-président, opérations et environnement, au port de Québec.
La cohabitation s'est façonnée au fil des ans et des expériences. Les organisateurs et responsables de part et d'autre ont appris à se connaître et à s'adapter aux différentes contraintes pour ne pas nuire aux opérations du port tout en facilitant la tenue des différentes fêtes et événements.
Pascal Raby, vice-président, opérations et environnement, au port de Québec.
Comme le souligne M. Raby, en matière de sécurité, il n'y a jamais de relâchement, tout ce qui peut être prévisible sera prévu, tout comme les mesures d'urgence en cas d'accident ou d'incident. D'ailleurs, malgré la foule massée sur les quais et dans le port pendant le Rendez-vous naval, il n'y a eu aucun incident. 
«Que ce soit le Rendez-vous naval ou les Grands Feux, ces événements font rayonner l'image du port à travers le monde. Et ce sont des gestes concrets de cohabitation. Nous essayions d'être des facilitateurs pour les différentes activités. Et les employés sont très fiers de participer à la mise en place de tous ces événements», affirme-t-il.