La circonscription de Québec a perdu 20% de ses employés électoraux

Pas moins de 20% des 600 employés électoraux de la circonscription de Québec ont quitté le navire en cours de campagne électorale. Et le phénomène s'est accentué à quelques jours du vote.
Le directeur de scrutin de la circonscription de Québec, André Crochetière, a dû patiner fort pour dénicher des remplaçants dans ses bureaux de vote. Il a perdu 125 des 600 personnes engagées pour la présente joute électorale.
«C'est 20% depuis le début, pas pour aujourd'hui. Mais ça s'est accentué dans les derniers jours», a-t-il expliqué au Soleil.
M. Crochetière assure que le déroulement du vote n'a pas été affecté par ces désistements, lundi. «Ça met surtout de la pression sur nous pour trouver plus de monde», a-t-il dit. Les causes de démission sont diverses, mais imprécises, a-t-il poursuivi. Plusieurs ont notamment évoqué des problèmes de santé.
Le phénomène, bien qu'il ait frappé fort dans Québec, serait répandu à toutes les circonscriptions électorales et à toutes les élections. «Je ne suis pas l'incroyable circonscription... Depuis trois ou quatre jours, c'est à coup de 30-40 personnes qui nous appellent [les directeurs de scrutin]» pour se désister, a-t-il insisté.
Chaque circonscription est équipée pour faire face au phénomène. Des banques de noms existent notamment en cas de besoin. «Mais un moment donné, la liste diminue.»
Seul le cas de la circonscription de Québec a été porté à l'attention d'Élections Canada, a confirmé Francine Bastien, porte-parole de l'organisme.