Selon l'imam Khalil Bahji, de la mosquée de Limoilou, «l'apparition de la charte est un incitatif qui encourage plus de musulmans à aller voter».

La charte devrait inciter les communautés culturelles à voter

Interpellées par la charte de la laïcité, les communautés juives et musulmanes du Québec se rendront massivement aux urnes le 7 avril, prédisent leurs représentants qui parlent même de jamais-vu dans l'histoire de la province.
«Cette fois, ce sera 100 % de la communauté qui ira voter!» laisse tomber le président du Forum musulman canadien (FMC), Samer Majzoub, en entrevue téléphonique au Soleil. Le Montréalais, qui habite la province depuis 25 ans, affirme n'avoir jamais senti autant d'engouement pour des élections. Il est persuadé que cela se traduira dans les urnes alors que généralement, les musulmans votent ni plus ni moins que l'ensemble de la population.
Évidemment, la charte de la laïcité y est pour beaucoup. Elle a braqué les projecteurs sur la communauté qui s'est sentie très interpellée, souligne M. Majzoub, qui cite en exemple un débat entre des candidats de différents partis qui a attiré à la mi-mars plus de 300 membres dans la métropole. Le président du FMC se réjouit de voir autant d'intérêt pour la campagne électorale. «Cela permet un dialogue direct avec les musulmans», juge-t-il, ajoutant que cela participe positivement à leur intégration dans la société.
Samer Majzoub préfère ne pas prédire quel parti politique pourrait profiter de ces votes. Comme dans la population, la communauté musulmane est divisée sur le projet de loi 60 déposé par le Parti québécois (PQ), fait-il valoir. À la prière du vendredi, les imams invitent les fidèles à participer à l'exercice démocratique sans toutefois tenter d'influencer leur décision, assure M. Majzoub.
C'est notamment le cas de Khalil Bahji, de la mosquée de Limoilou. «À chaque élection, on encourage les gens à aller voter. Parce que l'abstention, ça ne sert à personne», explique celui qui est un des imams du lieu de culte. «C'est sûr que l'apparition de la charte est un incitatif qui encourage plus de musulmans à aller voter», note M. Bahji, qui ne se prononce pas à savoir si les musulmans qu'il côtoie affectionnent ou lèvent le nez sur une formation politique en particulier.
À la section québécoise du Centre consultatif des relations juives et israéliennes (CERJI), le porte-parole ne cache pas que ses membres votent traditionnellement pour le Parti libéral du Québec (PLQ). Et avec l'enjeu sur le port des signes religieux dans la fonction publique, David Ouellette croit que cela ne risque pas de changer à moins que la Coalition avenir Québec (CAQ) récupère certains votes. «On s'entend qu'il n'y a pas de masses de juifs qui votent pour le Parti québécois», fait-il remarquer. Selon lui, une chose est cependant certaine : «les gens seront très motivés à aller voter le 7 avril prochain».
Autre son de cloche
Le rabbin de la communauté juive de Québec à la synagogue Beth Israël Ohev Sholom, Dovid Lewin, ne partage pas son avis. «Je ne pense pas que ce sera plus qu'avant», avance-t-il, jugeant que ceux qui fréquentent la synagogue sont de toute façon toujours très nombreux à exercer leur droit démocratique.