L'ex-députée libérale de Matane Nancy Charest

La cause du décès de Nancy Charest reste nébuleuse

La Sûreté du Québec (SQ) refuse toujours d'émettre des commentaires sur la cause probable du décès de l'ex-députée libérale de Matane Nancy Charest, retrouvée morte vers 7h samedi sur un chemin privé situé en pleine forêt, à proximité de la route 195, dans le secteur du Grand-Détour à Matane. En fin de semaine, la police refusait de dévoiler l'identité de la dame de 54 ans. Mais lundi, elle a confirmé qu'il s'agissait bien du corps de Mme Charest.
Selon la porte-parole de la SQ Mélanie Dumaresq, les causes et les circonstances qui auraient pu entraîner la mort de la femme ne pourront être éclaircies avant qu'une autopsie soit pratiquée.
«Il nous reste des témoins à rencontrer, mais aucun élément criminel ne semble être en cause», affirme-t-elle. La thèse d'une mort de cause naturelle semble être la plus probable.
La nouvelle entourant le décès de cette femme bien connue dans la région a créé une véritable onde de choc dans la communauté. Les messages fusent, notamment sur les réseaux sociaux.
«J'offre mes plus sincères sympathies à la famille et aux proches de Mme Nancy Charest», peut-on lire sur le compte Facebook du député de Haute-Gaspésie-La Mitis-Matane-Matapédia, Jean-François Fortin, contre qui elle avait connu la défaite lors des élections fédérales de 2011.
«Mme Charest était une femme dévouée à sa communauté et qui a contribué énergiquement au développement de notre région.»