Le caquiste François Legault (photo) se demande  s'il aura «assez de temps pour dépasser le libéral Philippe Couillard» au moment où que la campagne amorce sa dernière étape en vue du scrutin du 7 avril.

La CAQ en hausse de 9 % chez les francophones

Ne parlez plus de la charte des valeurs à François Legault. «J'ai dit ce que j'avais à dire», a tranché le chef caquiste qui veut laisser les «chicanes» au «vieux couple Marois-Couillard».
«Je ne jouerai pas le jeu de Mme Marois de parler de la charte», a lancé le leader de la Coalition avenir Québec en fin d'avant-midi lundi.
Plus tôt sur les ondes de CHOI Radio X à Québec, il avait soutenu que Pauline Marois s'était allié Janette Bertrand pour imposer son sujet de la charte parce qu'elle n'a pas le «courage» de parler «d'économie et de baisses de taxes».
Des thèmes qu'il entend mettre de l'avant pour cette dernière semaine de campagne.
Plus un mot sur la charte et Janette Bertrand, alors? Presque. Lors d'un point de presse en fin d'après-midi, M. Legault a malgré tout décoché une flèche au Parti québécois et à la sortie de Janette Bertrand.
«Je vois très bien pourquoi Mme Marois a sorti Mme Bertrand. Je trouve ça triste un peu. À 89 ans, lui dire : "Viens nous aider à parler de charte". Je trouve ça presque odieux.»
Sur le fond de la question toutefois, M. Legault a réitéré lundi qu'il comprenait les inquiétudes de Mme Bertrand sur l'intégrisme. Il a insisté sur le fait que son parti propose une charte qui balise les accommodements et interdit les signes religieux aux personnes en position d'autorité comme les juges, la police ou les professeurs.
La CAQ en hausse
Et François Legault n'est visiblement pas le seul à préférer l'économie à la charte des valeurs. Un sondage interne de la CAQ mené par CROP révèle que 36 % des Québécois voient «l'économie et la création d'emplois» comme l'enjeu principal devant la santé (18 %). La charte de la laïcité est l'enjeu le plus important pour 6 % des répondants.
Ce sondage interne explique aussi l'optimisme affiché par François Legault depuis le débat. Ce coup de sonde montre en effet que la CAQ retrouve la faveur des électeurs.
Dans ce sondage révélé lundi matin par The Globe and Mail et distribué aux journalistes en après-midi, le Parti québécois est à 36 % dans les intentions de votes chez les francophones, le Parti libéral du Québec à 29 %, la CAQ à 24 % et Québec solidaire à 8 %.
Il a été mené en ligne auprès de 1000 francophones de vendredi à dimanche.
«Je ne commente pas le sondage qui dit qu'on a augmenté de neuf points en une semaine», a lancé François Legault. Le 24 mars, un sondage Léger plaçait la CAQ à 15 % dans les intentions de vote globales. Les 9 % auxquels fait allusion M. Legault viennent toutefois d'un coup de sonde interne mené par CROP pour le compte de la CAQ après le premier débat, une semaine plus tôt.
«The CAQ is back», a blagué un membre de l'entourage de François Legault.
Aux yeux des troupes caquistes, ces chiffres traduisent la tendance d'un retour au bercail des supporteurs de François Legault qui avaient déserté après la polarisation de la campagne sur la tenue ou non d'un référendum.
Dans un document interne, la CAQ estime que ces résultats «tendent à démontrer que le débat du 27 mars a permis à son chef de clairement dominer ses adversaires».
Les citoyens sondés par CROP ont en effet été 51 % à désigner M. Legault comme gagnant du débat.
Chez ceux qui n'ont pas regardé le face-à-face diffusé par TVA, 41 % ont dit que M. Legault avait été le meilleur des quatre chefs, une opinion vraisemblablement basée sur les reprises des extraits du débat et les commentaires positifs des analystes politiques.