La campagne municipale express

Québec 21 veut tenir huit débats
Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, réclame la tenue de huit débats soit un télévisé, un autre devant la Chambre de commerce et d'industrie de Québec, trois à la radio, et trois autres portant sur les enjeux du projet structurant de transport collectif et la gestion du RTC, sur les finances publiques et enfin, sur l'établissement d'un 3e lien et la congestion routière. La présence des chefs de parti serait assurée à cinq de ces huit débats. Les trois autres pourraient être menés par des candidats de chaque équipe. «Afin d'assurer des débats justes et équitables, je demande que la Ville rende disponible toute l'information nécessaire à leur préparation», a lancé le chef Gosselin. Selon lui, les demandes d'accès à l'information ne permettent pas d'obtenir toute l'information nécessaire, une situation qui accorde un avantage indu à Équipe Labeaume. Le maire sortant en désire seulement trois tandis que la candidate de Démocratie Québec a affirmé qu'elle participera à tous les débats.  Jean-François Néron
***
Plainte à la police
Québec 21 a fait une plainte à la police à la suite de la disparition d'affiches électorales dans le district Loretteville-des Châtels où se présente le candidat Charles Plamondon. Un seul cas a été rapporté dans ce district, mais c'est suffisant pour porter plainte, soutient l'organisation politique. Surtout que ses membres ont constaté que des affiches d'Équipe Labeaume avaient remplacé celles qui s'étaient mystérieusement envolées. Pour Québec 21, pas question d'accuser ses adversaires, faute de preuve.  Jean-François Néron
***
Des détails pour le Vieux-Québec
Équipe Labeaume a précisé lundi une partie du plan qu'elle promeut pour ramener dans le Vieux-Québec 500 résidents qui ont déserté le quartier historique entre 2006 et 2010. Le maire sortant propose l'application de deux programmes d'aide municipal-provincial à la rénovation d'un million de dollars chacun pouvant atteindre 70 % des coûts de rénovation d'une toiture et 50 %, pour le revêtement extérieur. Comme il l'a fait la veille, M. Labeaume dit viser le retour de commerces de proximité comme une épicerie. Des pourparlers sont d'ailleurs en cours. Fait nouveau, il songe aussi à émettre des vignettes de stationnement pour que les citoyens puissent se garer dans le stationnement de l'hôtel de ville les soirs de tempête. La désertion des résidents du centre-ville préoccupe Équipe Labeaume , voulant éviter que le secteur intra-muros devienne un Airbnb à ciel ouvert. Jean-François Néron
***
Équipe Labeaume: des promesses bonnes pour 5 ans
Le maire sortant, Régis Labeaume, ne se perdra pas dans les échéanciers pendant la campagne électorale qui s'amorce. Pour tous les projets que proposera son parti, un délai de 60 mois, soit 5 ans, est prévu pour les concrétiser. «C'est toujours le même échéancier : c'est toujours réalisé ou entamé dans les 60 mois suivants l'élection. Ça va être ça pour tout», a indiqué lundi celui qui sollicite un nouveau mandat de quatre ans. M. Labeaume estime que «c'est correct» de planifier jusqu'en 2022, car il faut «étaler» les projets dans le programme triennal d'immobilisations (PTI). «Je pense que les citoyens veulent savoir où on s'en va. Essentiellement, moi ce que je comprends du monde, ce qui est important pour eux, c'est qu'on donne la direction que nos décisions politiques prennent et ça vaut aussi pour les investisseurs», a fait valoir l'élu.  Annie Morin