Neal Morse (ex-Spock's Beard), Mike Portnoy (ex-Dream Theater), Roine Stolt (Flower Kings) et Pete Trewavas (Marillion) forment le supergroupe progressif Trans­atlantic, qui vient de lancer son quatrième disque.

La belle grande galère de Transatlantic

Le bassiste Pete Trewavas l'avoue, il ressent toujours une sensation particulière lorsqu'il aperçoit la ville de Québec sur l'horaire de tournée. C'était le cas en juin 2012 quand il s'est arrêté à l'Impérial avec Marillion et ce fut aussi le cas cette année en prévision du spectacle que donnera le supergroupe progressif Trans­atlantic au Capitole le 5 février.
«Il y a des endroits où on devient excités dès qu'on voit le nom de la ville sur le calendrier et Québec est l'un de ces endroits. On sait qu'on aura droit à une réception spéciale. Québec a toujours été une ville super pour Marillion également. C'est probablement une affaire de ville côtière, ou le fait que Québec soit une ville qui a eu rapidement des affinités avec des groupes progressifs comme Yes ou Genesis quand ils jouaient là à leurs débuts», explique d'entrée de jeu Trewavas en entrevue téléphonique avec Le Soleil.
Transatlantic, c'est un projet monté de toutes pièces en 1999 par l'ex-batteur de Dream Theater Mike Portnoy, qui s'est adjoint Trewavas ainsi que le chanteur et claviériste de Spock's Beard, Neal Morse, et le guitariste des Flower Kings, Roine Stolt. Après une pause de sept ans, le groupe a lancé l'album The Whirlwind en 2009 et a lancé Kaleidoscope, son quatrième effort, plus tôt cette semaine.
«On revient un peu à l'esprit de nos deux premiers albums puisque le nouveau compte deux très longues pièces, dont la chanson éponyme. Et ce n'est pas pour rien qu'elle s'appelle Kaleidoscope, car on y trouve beaucoup d'influences différentes sous un même parapluie», poursuit le bassiste, qui avoue que jouer dans Transatlantic lui permet de relever quelques défis.
«Il faut que je me pousse davantage que dans Marillion, je dois faire des trucs que je n'essaie pas normalement. Les gars m'écrivent des riffs auxquels je n'aurais pas pensé. C'est toujours bon pour un musicien d'aller un peu plus loin, de sortir de sa zone de confort.»
Du neuf et du vieux
Foi de Trewavas, le public de Québec aura d'ailleurs droit à plusieurs extraits du nouvel album. «Bien sûr, on pigera dans tous nos albums, mais ce sera essentiellement du matériel de Kaleidoscope. C'est un album très raffiné car notre processus d'écriture s'est amélioré et que les arrangements sont meilleurs également.»
Comme c'est devenu la tradition pour chaque nouvel album de Trans­atlantic, une édition limitée comportant un disque boni avec des reprises de pièces d'autres groupes sera également disponible. Après les Beatles, les Rolling Stones, Genesis et Deep Purple, le supergroupe s'attaquera à des titres des Elton John, Yes, Procol Harum, les Moody Blues, King Crimson, Focus, Electric Light Orchestra et les Small Faces.
«C'est toujours très agréable de jouer les chansons des autres. Parfois, tu te surprends toi-même, tu apprends des choses. J'adore faire la pièce des Small Faces, et Goodbye Yellow Brick Road d'Elton John! Quand tu aimes une chanson, tu t'assures d'en faire une très bonne version», explique Pete Trewavas.
Rockeurs à la mer
Pete Trewavas dit aimer grandement travailler avec Mike Portnoy, qui agit comme leader de Transatlantic. «Il s'occupe d'un paquet de choses, notamment de négocier avec les compagnies de disques. C'est correct comme ça, car quand il faut prendre une décision, il faut la prendre vite. Il n'y a aucun problème d'ego dans Transatlantic, on fait ça pour avoir du fun.»
Et du fun, Trewavas risque d'en avoir beaucoup du 18 au 22 février alors que Transatlantic embarquera sur le paquebot Norwegian Pearl pour le festival Progressive Nation At Sea, qui réunira une douzaine d'artistes, dont l'ex-chanteur de Yes Jon Anderson, King's X, les guitaristes Ron «Bumblefoot» Thal (Guns'N Roses) et Tony MacAlpine, à l'occasion d'une croisière dans les Caraïbes.
«Progressive Nation, c'est une autre idée de Mike et c'est maintenant devenu un festival flottant! Ce sera la première fois que je jouerai sur un bateau et on nous dit que le soleil sera garanti. Ça va faire du bien, car durant la plus grande partie de ma carrière, j'ai présenté des spectacles à des endroits où il faisait froid!» conclut Trewavas en riant.
Vous voulez y aller?
Qui : Transatlantic
Où : Capitole
Quand : mercredi à 20h
Billets : 55 $, 65 $
VIP : 105 $, 115 $
Tél. : 418 694-4444 ou 1 800 261-9903