«On ne cache pas qu'on veut attirer plus de touristes, et je crois qu'on est bien parti avec notre offre carnavalesque», de dire Mathieu Montmartin, dg de la SDC de la 3e Avenue.

La 3e Avenue complètement givrée!

Limoilou revêtira un style victorien complètement givré, une ambiance tout droit sortie d'un roman de Jules Verne avec une touche punk, pour la première fin de semaine de festivités du Carnaval de Québec. Le mystère de cet univers sera dévoilé le 1er février à 18h!
Ce monde complètement fou s'étendra entre la 10e Rue et la 6e Rue, culminant à la «place de la Canardière», à l'angle du chemin de la Canardière et de la 3e Avenue, et sera animé par les personnages loufoques de la famille Shtein's dès 11h le samedi 1er février et le dimanche 2 février.
Le grand départ sera lancé par un grand tintamarre le samedi à 12h. «On veut célébrer en grand le coup d'envoi de la 3e complètement givrée», invite Mathieu Montmartin, directeur général de la Société de développement commercial (SDC) de la 3e Avenue. La Fanfare du Carnaval de 70 musiciens donnera le ton.
À travers ce spectacle à aire ouverte, le public sera comblé par les prestations des Bûcherons du Grand Nord, animées par Gilles Levesque, 30 fois champion du monde, les essais de curling dans la rue, supervisés par les athlètes du Club Victoria, et le quintathlon de l'impossible.
«Pour le quintathlon, on a voulu faire un clin d'oeil au pentathlon des neiges. Il y aura donc un concours de balles de neige avec des gants de boxe et une course, en fait une marche, à reculons pendant laquelle on doit se diriger avec un miroir», relate M. Montmartin.
Chapeaux givrés
Le public est aussi invité à participer à la création et au concours de chapeaux givrés, dont les vainqueurs seront connus à 20h le samedi et à 17h le dimanche.
Le coin des papilles, situé sous un grand chapiteau entre la 6e Rue et la 7e Rue et réservé aux enfants, comblera leur imaginaire. «On a créé un marais avec un côté givré pour la décoration. C'est un monde particulier et, en plus, il sera animé le dimanche après-midi avec un spectacle de contes farfelus.»
«La tente des artisans sera super populaire également. Douze artistes de différents domaines vont montrer les dessous de la création. C'est donc aussi un peu éducatif», indique M. Montmartin.
Enfin, le Bal d'hiver sera lancé à la «place de la Canardière» sur le coup de 17h, le samedi soir, avec la zumba en famille. À partir de 18h, le D.J. Daniel Vio prendra le contrôle pour les jeunes adultes.
Coup de fouet à l'hiver
C'est un véritable tour de force que la 3e Avenue a réussi en créant l'événement. «Avec 40 000 $ [auxquels a contribué le CLD de Québec] et la participation bénévole de beaucoup de monde, on va avoir une animation globale de la rue. Aussi, on aimerait inscrire les festivités dans le temps. Ça donne un coup de fouet à l'hiver», lance le directeur général.
«L'idée derrière tout ça, c'est de continuer à faire connaître l'artère et de lui donner une visibilité à long terme. On ne cache pas qu'on veut attirer plus de touristes, et je crois qu'on est bien parti avec notre offre carnavalesque», termine M. Montmartin, déjà prêt à prendre part à la folie collective de la 3e Avenue.
***
Vous voulez y aller?
> Dès 11h les 1er et 2 février
Animation et spectacles Curling et quintathlon de l'impossibleLa zone familiale, le coin des papilles et le coin des artisansHistoires givréesConcours de sculptures sur neige et de chapeaux givrés
> 1er février
Le grand tintamarre, 12hLes bûcherons du Grand Nord, 13h et 15hZumba en famille, 17hGrand bal de la 3e, 17h à 20h
> 2 février
Les bûcherons du Grand Nord, 13h et 15hHistoires givrées, 13h30 et 15h
***
<p>Vue aérienne de la grande Ville de Québec en 1975 </p>
Un secret bien gardé
Limoilou : un calque de New York
Le tracé octogonal de Limoilou n'est pas sans rappeler celui de New York. En fait, le plan d'urbanisme de ce quartier a été délibérément calqué sur celui de la Grosse Pomme. «Limoilou a été très pensé. Il y a beaucoup d'originalité», souligne l'historien Jean Provencher. C'est la compagnie de promoteurs immobiliers de Montréal Quebec Land qui l'acquiert en 1906. Parmi ceux-ci se trouve Trefflé Berthiaume, le propriétaire du journal La Presse. Quebec Land utilise une publicité révolutionnaire pour attirer les futurs acheteurs. Il affirme que Limoilou serait au Greater Quebec ce que Central Park est à New York. La compagnie était aussi intervenue dans l'aménagement des lots pour qu'ils gardent leur vocation purement résidentielle. «Tous les services ont été mis dans les ruelles et on devait laisser au moins 15 pieds de verdure devant les bâtisses. Ça se sent encore aujourd'hui!» soulève M. Provencher. Le quartier, dans sa forme actuelle, a été municipalisé à la fin des années 1890 et annexé à la Ville de Québec en 1908. Le Limoilou moderne s'est donc développé au XXe siècle. Avant, le territoire était notamment prisé par les Amérindiens comme territoire de chasse et de pêche.
***
<p>Marielle Saulnier</p>
<p>Francis Létourneau</p>
Ce qu'ils en disent
> Marielle Saulnier, artiste joaillière et propriétaire de la boutique La Perle d'Art
«Au Coin des artisans, on veut ramener les gens à la source de nos créations. Leur montrer que derrière ce qu'ils achètent, il y a tout un travail. Ça va être vraiment plaisant! Pour ma part, je vais apporter des morceaux de métaux nobles et des pierres précieuses et montrer de A à Z comment ça se passe à la bijouterie. Je crois que ça impressionne beaucoup les gens et que ça peut donner le goût du métier!»
> Francis Létourneau, nouvel associé au restaurant Les Fistons et membre du C. A. de la SDC Limoilou
«La Société de développement commercial de la 3e Avenue fait du bon travail pour créer de l'ambiance et amener plus de monde sur la 3e Avenue. On est rendu habitué d'avoir du monde à la «place de la Canardière». C'est très central et ça bouge!»
<p>Claude Audergon</p>
> Claude Audergon, propriétaire de José Fleuriste et responsable du Coin des artisans
«Avec le Coin des artisans, on a voulu montrer la diversité des activités artisanales du quartier. On a réussi à en regrouper 12. Il y aura du design de meubles, de la joaillerie, du tricot, de la conserverie, de la confection de chocolat, de la lutherie, de la poterie et de la peinture sur verre. Je crois qu'il n'en manque pas! Nous avons une belle variété pour faire connaître la 3e Avenue et les environs. Et il y en a pour toutes les bourses! C'est à ne pas manquer.»