Kristers Gudlevskis pousse l'attaquant canadien Patrick Sharp en deuxième période. L'ex-Remparts Cédric Desjardins partage le filet du Crunch de Syracuse de la Ligue américaine avec le gardien letton. Il croit que son coéquipier a tout le potentiel pour atteindre la LNH.

Kristers Gudlevskis, pas un feu de paille

Son nom ne se prononce pas très facilement et l'amateur de hockey moyen ne savait pas qui Kristers Gudlevskis était, mercredi midi, avant qu'il se dresse telle une muraille devant le bombardement canadien de 57 lancers. Pourtant, un ancien des Remparts de Québec, le gardien Cédric Desjardins, est convaincu que son coéquipier chez le Crunch de Syracuse (LAH) a tout le potentiel pour atteindre le circuit Bettman et y demeurer. La performance de mercredi n'est pas un feu de paille.
«Aujourd'hui, il a joué son meilleur match de l'année», a lancé Desjardins, mercredi après-midi, après avoir regardé la difficile victoire de 2-1 du Canada. «Tout le monde l'a vu. Il avait une équipe d'étoiles de la Ligue nationale devant lui et il a été capable de tenir son équipe dans le match avec le peu d'éléments dont disposait la Lettonie.»
Le Lightning de Tampa Bay a fait de Gudlevskis le 124e choix du dernier repêchage amateur. Après avoir connu un bon camp d'entraînement, le Letton a entrepris la saison dans la East Coast League, pour ensuite être rappelé avec le Crunch. Le jeune homme de 21 ans a collé quelques victoires consécutives et a rapidement gagné le respect de ses coéquipiers.
Il affiche présentement une fiche supérieure à ,500 (11-8-2) dans la Ligue américaine. En raison d'une accumulation de blessures aux gardiens du Lightning, il a même été rappelé dans le grand club pour une courte période, mais n'a jamais participé à un match.
Style exténuant
Gudlevskis a le gabarit de l'emploi, avec ses 6'3'' et quelque 190 livres. Le gaillard parle un anglais un peu cassé et est très discret dans le vestiaire. Il laisse davantage parler son jeu.
«C'est un gars qui a beaucoup de talent et qui est très agressif», a ajouté Desjardins. «Il est capable de voler des matchs à lui tout seul. C'est un jeune gardien de but qui a de très bons matchs, mais qui doit travailler sur sa constance pour monter dans la Ligue nationale. C'est gars très athlétique et très spectaculaire à voir. C'est un jeune gardien de but qui dépense beaucoup, beaucoup d'énergie, qui se bat beaucoup pour voir la rondelle.»
Desjardins n'était pas surpris de voir son coéquipier complètement exténué en milieu de troisième période, compte tenu de son style de jeu. Comme tous les jeunes gardiens qui entreprennent leur carrière professionnelle, Desjardins croit que Gudlevskis devra apprendre à mieux canaliser ses forces durant les matchs afin d'atteindre le niveau supérieur. Cette saison, il n'est pas rare de le voir offrir une excellente performance, pour ensuite être beaucoup moins efficace 24 heures plus tard.
Le Crunch connaît une campagne très difficile, notamment parce que plusieurs joueurs de la saison précédente sont maintenant passés au Lightning. Les gardiens sont souvent bombardés de tirs, ce qui constitue un excellent apprentissage pour Gudlevskis, croit Desjardins. Ce dernier joue moins cette saison, car la direction du Lightning souhaite donner le plus de temps de glace possible à son gardien letton.
Lors de la saison 2012-2013 avec le club junior du Dinamo de Riga, Gudlevskis a présenté un taux d'efficacité de ,921 en 59 matchs. Il a participé à quelques rencontres avec le Dinamo de la KHL et a aussi évolué pour son pays lors du dernier Mondial senior, où il avait notamment repoussé 24 tirs dans une victoire de 5-3 sur la Slovaquie.