Kim Lamarre, vrillant ici sur une autre montagne du Colorado en décembre, en a mis plein la vue aux juges, hier, lors de sa dernière descente à Aspen, ce qui lui a permis de monter sur la troisième marche du podium.

Kim Lamarre au zénith des X Games

La quatrième fois aura été la bonne pour la skieuse Kim Lamarre lors des X Games disputés à Aspen. Huitième et dernière après ses deux premières descentes, elle en a mis plein la vue aux juges lors de sa dernière. Une performance qui lui a valu 80 points et qui lui a permis de grimper au troisième échelon du classement final de l'épreuve de slopestyle et de mettre la main sur une première médaille lors de la mythique compétition disputée au Colorado.
«Tout le monde pense que c'est ma première médaille aux X Games, mais en réalité, c'est ma deuxième», a lancé l'athlète originaire de Lac-Beauport qui avait terminé huitième (2009), cinquième (2011) et 10e (2012) lors de ses trois premières participations aux Jeux d'Aspen.
«J'avais gagné l'argent à Tignes [France] en 2011. Il s'agissait cependant des Winter X Game Europe. Ma médaille d'aujourd'hui [dimanche], c'est ma première à Aspen et Aspen, c'est comme les vrais X Games. C'est donc celle dont je suis le plus heureuse.»
Kim Lamarre a expliqué qu'elle avait eu un super entraînement, dimanche matin. Elle a aussi mentionné que les conditions de neige n'étaient plus tout à fait les mêmes lorsque la finale présentée en après-midi s'est amorcée.
«Lors de mes deux premières descentes, j'ai eu de la difficulté avec ma vitesse», a mentionné celle qui a récolté des pointages de 50 et de 65. «Heureusement, lors de ma troisième descente, j'ai été capable d'avoir la bonne vitesse tout au long du parcours, ce qui m'a permis de bien exécuter mes sauts et les rails. Et j'ai été capable d'aller chercher un gros pointage.»
La skieuse de 25 ans n'a pas caché qu'elle avait dû composer avec la pression quand était venu le temps pour elle d'exécuter sa dernière descente. Elle savait qu'elle n'avait plus le choix de réaliser une course impeccable si elle voulait grimper sur le podium. Mais en même temps, elle était confiante de bien faire, compte tenu du fait qu'elle skiait bien. Peu importe son résultat, elle serait satisfaite de son passage à Aspen parce qu'elle avait très bien réalisé le nouveau saut qu'elle présentera à Sotchi, soit un «switch 720», un saut qu'elle amorce en descendant la pente de reculons et lors duquel elle réalise deux 360 degrés avant de retomber en piste, toujours de reculons.
«Malgré la pression, je me sentais quand même assez légère au moment de prendre mon départ. Je savais que si je me concentrais sur ma vitesse, tout allait bien se passer», confiait-elle au bout du fil.
Soulagée
C'est avec la satisfaction du devoir accompli que Kim Lamarre quittera le Colorado. Mais c'est avant tout une athlète soulagée qui se préparera maintenant sur son prochain rendez-vous, les Jeux de Sotchi. Pendant toute la semaine, elle a dû se convaincre qu'elle était au sommet de sa forme et qu'elle ne compromettrait pas sa participation aux Jeux olympiques à la suite d'une blessure, et ce, même si elle devait compétitionner sur le parcours le plus exigeant de sa saison. Jamais, toutefois, elle n'a songé à renoncer aux X Games.
«En raison des nombreuses blessures dont j'ai été victime au cours des dernières années, j'étais honorée que les gens des X Games m'aient invitée à compétitionner. Et même si une blessure peut toujours arriver, il n'y avait pas de raison pour que je me fasse mal. J'avais travaillé fort en gym, j'étais forte et en forme et je skiais très bien. Je me rappelais ça à chaque fois que l'idée que je courrais un risque de me blesser me passait par la tête, et c'est là-dessus que je me concentrais. Maintenant que les X Games sont terminés, je suis très contente de ma performance et je suis soulagée d'être en santé à l'aube de partir pour Sotchi.»
Parlant des Jeux, Kim Lamarre n'a pas caché que sa performance à Aspen et la manière dont elle avait réalisé son «switch 720» lui apportent beaucoup de confiance et la préparent bien pour les Jeux olympiques. «J'ai bien hâte et je suis très motivée.»