Keiven Barde en pleine compétition

Keiven Barde, cuisinier : la cuisine, il en mange

Keiven Barde terminait sa journée de travail dans les cuisines du Bonne Entente lorsque Le Soleil lui a parlé. C'est avec passion qu'il nous parle de son métier de cuisiner, nous admettant que même ses journées de congé, il les passe aux fourneaux. Comme il le dit si bien lui-même : la cuisine, il en mange!
«Je cuisine toute la journée et j'en fais le soir. Quand je suis en congé, je fais de la petite popote, de la bouffe chez des amis», dit le jeune homme de 21 ans qui n'a jamais regretté son choix de carrière.
Pourtant, au début, Keiven Barde se dirigeait en aménagement paysager à la fin de son secondaire. C'est le propriétaire de La Couvée, restaurant de Montmagny où il oeuvrait à l'époque, qui l'a convaincu de continuer à exploiter son talent. «Il savait que j'avais du potentiel là-dedans. Il me poussait.»
Depuis le mois de mai, il exerce la fonction de deuxième cuisinier. Le soir et les fins de semaine, il prend le contrôle de la cuisine. En tout, dit-il, ses semaines de travail environnent les 60 heures. Ce qui, en soit, n'est pas bien différent des semaines où, en plus de ses cours, il travaillait au restaurant et s'exerçait près de 10 heures par semaine en vue des Olympiades des métiers. Finalement, admet-il en rigolant, une semaine de 40 heures lui paraîtra comme des vacances.
Le dessert de Keiven Barde lors de la finale québécoise des Olympiades.
Il est entré en poste entre les Olympiades provinciales et nationales. Au niveau secondaire national, il a décroché la médaille d'or et l'argent au provincial.
La compétition l'a toujours intéressé, dit-il. «Ça vient me chercher, il y a de l'adrénaline. Ça te pousse à te surpasser.» Dès le début de ses cours, il s'était inscrit à un premier concours. Malheureusement, le stress l'avait alors gagné et des petites erreurs l'ont fait glisser en 10e place sur 18. Mais cette première expérience lui a permis d'apprendre; et pendant les Olympiades, qui exigent de préparer des menus avec des ingrédients mystères, il était beaucoup plus calme.
Selon lui, les compétitions l'ont aidé dans son emploi actuel. «Il faut tout le temps que tu vois plus loin que les autres. Tu n'as pas le choix d'être à l'affût des nouveautés.»
Pour l'avenir, Keiven Barde souhaite réaliser un stage dans un Relais & Château en France. Là où se trouve la base de la cuisine, expose celui qui ne manque pas de projets.