Kaepernick a gaffé en fin de match

Colin Kaepernick a étourdi la défensive des Seahawks de Seattle en se servant surtout de ses jambes pendant les 30 premières minutes de la finale de la Conférence nationale pour permettre aux 49ers de San Francisco de retraiter au vestiaire avec une avance de 10-3 à la mi-temps, dimanche soir.
Les choses ont toutefois moins bien fonctionné quand le quart-arrière des 49ers a utilisé son bras au quatrième quart, alors qu'il a commis un échappé avant d'être intercepté à deux reprises lors des trois dernières séries de jeux en attaque des visiteurs, qui ont vu les Seahawks renverser la vapeur pour l'emporter 23-17.
On aurait dit que le ballon s'était transformé en patate chaude dans les 15 dernières minutes de ce duel âprement disputé dans le bruyant domicile des Seahawks. Le porteur de ballon Marshawn Lynch (Seattle) n'en menait pas large après avoir échappé le ballon à la porte des buts des 49ers avec un peu plus de huit minutes à écouler au cadran, alors que les Seahawks menaient par seulement trois points. Mais les interceptions réussies par ses coéquipiers Kam Chancelor et Malcolm Smith - avec l'aide de Richard Sherman dans le deuxième cas - lui ont permis de retrouver le sourire.
Contrairement à son vis-à-vis Frank Gore, qui a terminé la rencontre avec des gains minimes de 14 verges au sol, Lynch a contribué de belle façon à la victoire des protégés de Pete Carroll en devenant le premier demi offensif à gagner plus de 100 verges contre la robuste défense de SF cette année. Lynch a aussi enlevé du poids des épaules du quart Russell Wilson en inscrivant le premier touché des Seahawks à l'aide d'une course de 40 verges au début du troisième quart.
Avec six passes captées pour des gains de 106 verges combinées à un spectaculaire retour de botté d'après-touché de 69 verges, l'ailier espacé Doug Baldwin, des Seahawks, a éclipsé Anquan Boldin, Michael Crabtree et Vernon Davis, trois cibles de Kaepernick qui ont semblé entendre des pas en quelques occasions, tellement les rapides demis défensifs de Seattle les talonnaient de près.
Contrairement à Kaepernick, Wilson ne semble plus en mesure de tirer profit de sa mobilité pour gagner quelques premiers jeux aux moments opportuns. À moins qu'il ait perdu confiance à la suite du premier jeu de la rencontre, où Aldon Smith l'a rejoint derrière la ligne de mêlée pour lui faire échapper le ballon. Heureusement pour les fans des Seahawks, les visiteurs ont inscrit seulement trois petits points à la suite de cette gaffe impardonnable.
Manning en plein contrôle
La finale de la Conférence américaine a été l'affaire de Peyton Manning, qui a complété 32 passes pour des gains de 400 verges, alors que les Broncos de Denver ont signé un gain sans équivoque de 26-16 sur les Patriots de la Nouvelle-Angleterre.
Bien protégé par sa ligne à l'attaque du début à la fin de la rencontre, le grand numéro 18 a rejoint huit joueurs différents par la voie des airs en multipliant les relais précis et il a transformé plusieurs troisièmes essais en premiers jeux, faisant en sorte que l'attaque des Broncos a passé près de 36 minutes sur le terrain, pendant que Tom Brady rongeait son frein sur le banc des visiteurs.
Après avoir pris les devants 13-3 pendant la première demie, les Broncos ont amorcé la seconde portion de la rencontre en contrôlant le ballon pendant plus de sept minutes pour creuser l'écart au tableau indicateur à 17 points (20-3). Une poussée menée de brillante façon par Manning et couronnée par un touché de Demaryius Thomas.
Les Patriots ont tenté de répliquer rapidement, mais le sac réussi par Terrance Knighton aux dépens de Brady sur un quatrième jeu et deux verges à franchir avec 2:25 à faire au troisième quart a porté un dur coup aux espoirs des visiteurs. N'ayant aucun receveur en mesure de courir de longs tracés à sa disposition, le quart des Patriots a dû patienter pendant 50 minutes avant de compléter une première passe de touché.
Les protégés de Bill Belichick ont réussi plusieurs petits miracles au cours de la saison, mais dimanche à Denver, les Patriots ont manqué de ressources. Mes sympathies aux trop nombreux partisans des Pats qui habitent la région de Québec ainsi qu'à Ray, Luc et Nancy...