Le ministre Sam Hamad

JO: Québec n'a pas l'argent, réitère Hamad

Malgré les assouplissements envisagés par le Comité international olympique (CIO), le ministre Sam Hamad ne croit pas que la ville de Québec puisse s'offrir le luxe d'accueillir la prestigieuse compétition sportive.
«Je pense que la formule de Jeux olympiques qui vont coûter des milliards de dollars... Je pense que la ville et le gouvernement n'ont pas les moyens d'investir» des montants de cette ampleur, a commenté le ministre responsable de la région de Québec, jeudi.
Le président du CIO, Thomas Bach, a indiqué mardi que les postulants à l'organisation des Jeux olympiques pourraient, «à certaines conditions», présenter des candidatures conjointes. Cela permettrait de tenir une ou des épreuves dans un pays autre que le pays hôte. Une façon de multiplier le nombre de villes qui pourraient démontrer de l'intérêt.
La candidature de Québec a toujours été handicapée par l'absence de montagne satisfaisante pour tenir la compétition de descente.
«C'est une ouverture, a indiqué le ministre Hamad. Mais si ça vient demain matin, il faut investir des milliards. À Sotchi, on a investi 50 milliards $. Je pense qu'on n'est pas là.»
La région de Québec a préféré se concentrer sur l'attrait d'événements sportifs internationaux d'envergure, et de laisser à d'autres l'organisation des Jeux olympiques d'hiver. «On attire des milliers de sportifs à Québec, souligne M. Hamad. Ça fait le même effet à peu près. Pour la région de Québec, c'est très payant et on épargne d'investir» les sommes liées aux Olympiques.