La présidente par intérim du Comité olympique canadien, Tricia Smith, avec la planchiste Maëlle Ricker lors de la présentation de l'équipe canadienne des JO de Vancouver en 2014

JO de Vancouver: une «alerte Marcel» pour les femmes

Les femmes travaillant pour le comité organisateur des Jeux olympiques de Vancouver avaient mis en place une «alerte Marcel» pour se prévenir lorsque le président du Comité olympique canadien se présentait dans leur édifice de travail.
C'est le Globe and Mail qui a rapporté, mardi matin, l'existence de ce système de prévention à l'intérieur du comité organisateur des JO de 2010, le VANOC.
Plusieurs sources ont confirmé au quotidien qu'une chaine de messages textes et de courriels était lancée entre les femmes du VANOC dès que Marcel Aubut se présentait dans les bureaux de l'organisation. Un système connu à l'interne sous le nom «alerte Marcel».
Le désormais ex-président du Comité olympique canadien (COC) était appelé à travailler étroitement à l'organisation des Jeux de Vancouver et sa propension à draguer et avoir des contacts physiques étaient bien connue des employées du VANOC.
«Ce n'est pas tout le monde qui était confortable avec cela», a confié anonymement une femme haut placée dans l'organisation au Globe and Mail. 
Inquiétudes
En fait, les agissements de Marcel Aubut suscitaient suffisamment d'inquiétude au VANOC pour qu'une enquête interne soit menée en 2009. Bien qu'aucune plainte formelle n'ait été déposée à l'époque, plusieurs incidents avaient été rapportés. Le VANOC avait alors transmis les résultats de son enquête au COC. 
Rappelons que la semaine dernière, la Presse dévoilait l'existence d'une lettre envoyée en 2011 à Marcel Aubut par le chef de la direction et secrétaire général du COC, Jean R. Dupré. Ce dernier demandait alors clairement à M. Aubut de cesser certains comportements. 
Le Globe and Mail se demande, mardi matin, depuis combien de temps le COC était au courant des agissements de son président démissionnaire. Une ancienne Olympienne a confié au quotidien avoir été victime des avances insistantes de l'homme d'affaires de 67 ans en 1999. 
Tricia Smith s'adressera aux médias
Nommée présidente par intérim du Comité olympique canadien suite à la démission de Marcel Aubut, Tricia Smith répondra aux questions des médias à 14h30 mardi. Une conférence de presse fort attendue depuis la nomination de Smith, samedi dernier. 
L'ex-Olympienne, âgée de 58 ans, était auparavant vice-présidente du conseil d'administration du Comité.