Une île - Jérôme Minière

Jérôme Minière: plus incarné ***1/2

Jérôme Minière a cultivé au fil de sa carrière une recherche d'équilibre entre l'organique et l'électro et un regard aiguisé sur le monde qui l'entoure.
Le tout nouveau Une île ne fait pas exception, mais il pousse la machine un peu plus loin dans une forme chansonnière accomplie, souvent beaucoup plus incarnée que ce à quoi il nous a habitués. Mélodiques et franchement chaleureuses, des chansons comme L'amour ne s'apprend pas par coeur ou Jardin sauvage ont tout pour gagner ceux qui se sont parfois laissés refroidir par la timidité ou la pudeur du chanteur.
À la fois pluriel (Minière varie les textures et emprunte au slam dans quelques titres) et cohérent dans la facture, ce huitième album brosse le portrait de cette modernité où tout va trop vite, où l'individualisme et l'obsession de la consommation font qu'on a «l'ego Lego» et le «moi IKEA», où la musique se consomme en surenchère, mais n'est pas toujours écoutée, où l'on «met du sens où il n'y en a pas» et de «l'essence là où il n'en faut pas».
Des textes denses et souvent ludiques et des musiques qui ne sont simples qu'en apparence.