«Les demandes sont disproportionnées par rapport à ma capacité de payer», estime Jean-François Fillion.
«Les demandes sont disproportionnées par rapport à ma capacité de payer», estime Jean-François Fillion.

Jeff Fillion en faillite?

Incapable d'acquitter les 380 000 $ que lui réclame Genex et son ancien patron Patrice Demers, Jean-François Fillion a fait déposer hier un avis de proposition de faillite «pour se protéger de son créancier».
«Je ne suis pas encore en faillite, mais c'est le premier pas vers une faillite. J'ai remis ça dans les mains d'un syndic. La raison c'est que les demandes sont disproportionnées par rapport à ma capacité de payer.»
Jeff Fillion, qui se rendra en cour lundi, a dit regretter d'en être rendu là. «Mais je suis dans un cul-de-sac. J'étouffe. Ma résidence est en jeu. On ne fait pas ça pour le fun.»
Fillion, Genex Communications et Patrice Demers avaient été condamnés «solidairement» à verser en 2005 340 000 $ à Sophie Chiasson et, en 2007, 150 000 $ à Pierre Jobin, pour des propos diffamatoires. Or à ce jour, Genex et Patrice Demers ont assumé la totalité de ces amendes. Le montant de 380 000 $ réclamé par M. Demers correspond, selon lui, à la part que M. Fillion aurait dû débourser.
«On va quand même tenter de s'entendre en faisant une proposition de règlement. Je ne peux pas en dire plus pour le moment», continue M. Fillion.
Le litige qui oppose les deux hommes se transportera devant le tribunal du travail le 24 septembre quand l'animateur de Radio-pirate plaidera sa cause devant un arbitre pour congédiement illégal. M. Fillion pourrait cette fois réclamer à Genex et Patrice Demers un montant équivalent à plusieurs mois de salaire. «Je ne veux pas mettre de l'huile sur le feu, mais je n'ai reçu aucune indemnité de départ en quittant CHOI.» L'animateur controversé dit garder le moral et n'a pas l'intention de cesser ses activités derrière le micro.